L’immobilier dope le crédit-bail

L’immobilier dope le crédit-bail

Le crédit-bail a continué sa croissance en 2006. Ce mode de financement a évolué dans un cadre réglementaire marqué par l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi bancaire le 14 février 2006. Celle-ci ne limite plus le crédit-bail immobilier au seul usage professionnel et étend les opérations de crédit-bail aux opérations de location de fonds de commerce à l’exclusion des opérations de cession-bail, selon les analystes financiers de BMCI Bourse. Ainsi, les financements par crédit-bail ont atteint 10,5 milliards de dirhams en 2006, en hausse de 29,6 % par rapport à 2005. «Cette évolution résulte de l’augmentation des crédits-bails mobilier et immobilier respectivement de 28,2 et de 37,8%», précise BMCI Bourse dans son flash hebdomadaire sur le marché boursier casablancais.
Les industriels ont recours de plus en plus au crédit-bail pour financer leurs projets. Cette modalité de financement a atteint 11% durant les trois premiers trimestres de 2006, selon une récente enquête de conjoncture établie par Bank Al-Maghrib.
Par ailleurs, la répartition des financements par crédit-bail mobilier par type de biens d’équipement, au cours de l’exercice précédent, montre un engouement pour les voitures utilitaires (+ 29,7%), les ordinateurs et matériel de bureau (+ 29,5%) ainsi que pour les machines et équipements industriels (+ 25,2%). Pour les voitures de tourisme, la hausse a été timide avec seuls 8,6 % en comparant les chiffres de 2006 avec ceux enregistrés en 2005. Pour cette année, les professionnels du secteur s’attendent à une baisse plus remarquable avec la suppression du régime d’exonération de la TVA dont profitaient les sociétés de leasing et de Location avec option d’achat (LOA).
L’avantage de ces formules, qui concurrençaient le crédit à la consommation pour l’acquisition de voitures, était la possibilité pour le bénéficiaire de comptabiliser les loyers en tant que charges.
S’agissant du crédit-bail immobilier, le nombre d’immeubles industriels qui ont bénéficié de ce mode de financement a chuté en 2006, passant de 404 à 396 soit –2%. Et ce sont les magasins qui ont enregistré la plus forte hausse avec une performance de 46,2 %.
Il y a également les immeubles de bureau avec une augmentation de 30,4 % et le secteur des hôtels et loisirs avec une croissance de 15,6 %.
Pour rappel, le crédit-immobilier est une formule de financement de biens immobiliers à usage strictement professionnel sous forme de location sur une durée déterminée assortie d’une option d’achat en fin de contrat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *