L’immobilier locatif au coeur du débat des professionnels

Le secteur immobilier locatif à vocation touristique (ILVT) est au centre des intérêts des professionnels du secteur. Après la promulgation, en 2008, de la loi 01-07 édictant des mesures relatives aux résidences immobilières, la Fédération nationale du tourisme (FNT) et la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI) se sont réunies, en partenariat avec Wafa Immobilier, vendredi 24 avril à Casablanca, afin d’enrichir le débat autour des mesures qui accompagnent cette forme de tourisme. Selon Othman Chérif Alami, président de la FNT, cette rencontre se veut «un atelier consultatif ancré dans la politique générale du développement immobilier touristique au Maroc». Dans leurs allocutions, les intervenants ont mis le point sur les enjeux et les implications de l’ILVT sur la dynamique des secteurs immobilier et touristique au Maroc. S’inscrivant dans la vision 2010, l’offre touristique relative aux ILVT assurera une rentabilité importante non seulement sur le plan de la compétitivité touristique mais également sur le plan de l’embauche. Cependant, l’immobilier locatif à vocation touristique reste peu exploité au Maroc. Omar Bennani, président du directoire de la Société marocaine d’ingénierie Touristique (SMIT), a présenté dans son intervention le cadre réglementaire des ILVT. «C’est un nouveau produit défini sur une base juridique et fiscale attrayante convertissant les structures immobilières en capacité d’hébergement touristique», a t-il dévoilé lors de l’énumération des objectifs de l’offre ILVT. Ce nouveau secteur cible deux formes d’ILVT possibles à savoir, les résidences immobilières de promotion touristique (RIPT) sujettes à la loi précitée ainsi que le «time Share». Les unités de logement de ces résidences touristiques sont des copropriétés. Leur particularité réside dans le fait que l’administration sera attribuée pendant une période minimale de 9 ans à une société de gestion titulaire d’une licence de tourisme qui assurera l’homogénéité de l’ameublement et la continuité d’exploitation. Dans sa proportion juridique, la loi 01-07 exige trois principaux acteurs pour le développement des RIPT, en l’occurrence la société de gestion, l’acquéreur et la société de promotion. Cette dernière a pour rôle de désigner au préalable les unités de logement relevant d’un pourcentage de 70% prévu par voie réglementaire et de charger la société de gestion. L’acquéreur, quant à lui, a pour obligation de donner en location son unité de logement à la société de gestion, et ce en lui accordant un droit de jouissance privative d’un maximum de deux mois par an dont 15 jours maximum en haute saison. À signaler, le secteur de l’ILVT compte atteindre, à l’horizon 2011, 40.000 lits dont 28.000 seront accordés au RIPT soit 70% de l’offre générale.

Kawtar Tali

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *