Logement : Le fond du problème résolu

Logement : Le fond du problème résolu

Deux semaines après la signature du contrat programme entre l’Etat et le secteur des BTP, les choses prennent de l’allure. Le programme des logements sociaux va se mettre en marche. Les fonds de garantie, la Fogarim et la Fogaloge, indispensables en raison des caractéristiques de la cible visée (petits revenus), sont finalisés, cela après plusieurs mois de tractations et d’incertitudes. Toufiq Hjira, ministre de l’Habitat est néanmoins prudent : «Les fonds sont en cours de déblocage. La CCG a bouclé son travail, de notre côté, nous avons débloqué les fonds qu’il fallait. Et, aujourd’hui, les banques s’apprêtent à commercialiser les produits ».
Le programme qui concerne les 11 banques de la place s’appuiera dans un premier temps sur les institutions spécialisées comme le CIH et la BCP. Les négociations se déroulaient entre les promoteurs, les banques et les différents départements concernés par le dossier. Aujourd’hui, les directions régionales du CIH ont commencé à activer les dossiers pour les demandes de crédit d’acquisition en faveur des couches sociales visées. Et tout comptes faits, la CCG devrait recevoir, dès cette semaine, les premières demandes. La nouvelle qui circule pourtant dans le milieu des promoteurs immobiliers soulève quand même plus de questions qu’elle n’apporte de réponses.
La couverture offerte par la garantie concernera, dans un premier temps, les corps organisés et les personnes qui puissent justifier une ressource. Une attestation délivrée par les autorités locales est requise dans certains cas. Le mécanisme s’étendra ensuite progressivement.
Mobilisés suite à l’appel à manifestation d’intérêt lancé fin juin dans le cadre de la construction de ces logements, les promoteurs avaient jusqu’au 8 juillet pour déposer leur offre.
Ce sont pas moins de 36 lots parfaitement viabilisés, destinés à l’habitat collectif qui ont été mis en jeu dans les villes de Salé, Témara, Larache, Tetouan, etc. Le déblocage des fonds de garantie était une condition sine qua non. Pour les promoteurs et les banques, il est important de limiter les risques.
Outre les petits fonctionnaires, le programme concerne aussi désormais les personnes à revenus variables comme les artisans. Parmi les conditions fixées, le plafonnement du prix du logement en termes de durée et de remboursements.
Les lots proviennent des terrains débloqués par l’Etat en 2003 (3 400 hectares) et de la mise à contribution des terres domaniales et des terres collectives. Les cessions des différents lots aux entreprises de promotion immobilière se feront de manière préférentielle. Plusieurs départements sont concernés, en particulier le ministère des Finances et celui de l’Habitat. Les prix de ces logements seront plafonnés à 120.000 dirhams.
Parallèlement à ce programme des logements, la réorganisation des différents services et organismes suit son cours. Ainsi, les OST (Organismes sous tutelle) seront regroupés en une seule holding avec trois sociétés, à savoir la Société nationale d’Aménagement et de Construction (SNEC), l’Agence nationale de lutte contre l’habitat insalubre (ANHI) et la société Attacharouk.
La reconversion des OST vers le foncier jouera un véritable effet de levier puisque ses organismes mettront leurs importantes réserves foncières à la disposition des promoteurs immobiliers dans le cadre du programme Etat-privé.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *