Mohamed Fakhreddine : «Nous sommes aujourd’hui à une taille de bilan de 97 milliards DH»

Mohamed Fakhreddine : «Nous sommes aujourd’hui à une taille de bilan de 97 milliards DH»

Entretien avec Mohamed Fakhreddine, directeur exécutif du domaine Banque de financement et investissement du Crédit Agricole

Au SIAM 2018, le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) a marqué le coup. Plusieurs signatures de conventions ont eu lieu lors de la 13ème édition. De plus, le stand de la banque a été un rendez-vous de rencontres entre professionnels. C’est dans ce sens que le GCAM a organisé le 26 avril des réunions d’affaires avec les professionnels néerlandais sur les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de l’agro-industrie. Outre ING bank (partenaire du GCAM aux Pays-Bas), 80 entreprises dont 32 néerlandaises ont pris part à cet événement. Cette initiative s’inscrit dans la démarche du Crédit Agricole visant l’accompagnement de sa clientèle dans ses différentes actions à l’international. Sur la dynamique du Crédit Agricole au sein du SIAM 2018 et sur bien d’autres sujets, nous sommes allés à la rencontre du directeur exécutif du domaine Banque de financement et investissement du Crédit Agricole.

ALM : Pouvez-vous nous parler des rencontres BtoB que le Crédit Agricole du Maroc a organisées lors du SIAM 2018, et particulièrement celles tenues avec les professionnels du pays invité d’honneur de cette édition, à savoir les Pays-Bas ?

Mohamed Fakhreddine : Notre objectif est de renforcer les échanges commerciaux entre les deux pays sachant que le Maroc est un producteur et exportateur de denrées alimentaires et de produits agricoles, de fruits et de légumes. Les Pays-Bas sont un grand pays agricole. Ce sont des producteurs de machinerie laquelle rentre dans le cadre des usines et des entreprises agro-industrielles. Ce pays est également un grand producteur de lait et de fromage et un exportateur mondial de génisses. A travers ces BtoB, nous essayons de faire rencontrer nos clients marocains avec ces producteurs et fournisseurs. A partir de là, nous espérons qu’il y aura beaucoup d’échanges commerciaux, ce qui renforcera davantage les relations économiques entre les deux pays.

Quelle est la stratégie du Crédit Agricole du Maroc pour 2018 ?

Nous avons un plan 2021, sur lequel nous sommes en train de travailler. Notre stratégie repose sur un certain nombre de principes de base. Le premier c’est que nous nous positionnons comme le principal partenaire financier de l’agriculture et de l’agro-industrie marocaine. Nous avons une stratégie présente sur toutes les régions du pays et sur toutes les composantes de la paysannerie marocaine. Nous adaptons nos produits à tous les besoins de nos clients agriculteurs pour lesquels nous déployons une gamme de produits très large qui atteint 150 produits de financement. Ce qui nous permet aujourd’hui d’être la banque leader en matière de financement de l’agriculture et de l’agro-industrie.

Vous avez signé plusieurs accords lors du SIAM, pouvez-vous nous en dire plus et notamment sur l’impact socio-économique de ces conventions?

Ce sont des accords qui portent des touches de renouveau et d’élargissement de nos gammes de produits et de nos partenariats avec d’autres acteurs qui interviennent dans la chaîne de couverture du monde rural. Je parle principalement de la Mamda et d’un certain nombre d’autres acteurs qui nous accompagnent dans le financement de l’agriculture dans le monde rural. Chaque SIAM est l’occasion pour nous de marquer notre présence et également de répondre aux besoins grandissants de nos clients agriculteurs et clients agro-industriels. Nous essayons d’apporter à chaque fois qu’il est nécessaire une touche de modernité sur tous les aspects qui nous relient à notre clientèle.

La jeunesse est au centre des discussions lors de cette 13ème édition. Que fait le Crédit Agricole pour les jeunes agriculteurs et pour permettre à ces derniers d’assurer la relève dans l’agriculture ?

Les jeunes sont notre cœur de cible. Parce que nous comptons énormément sur la jeunesse dans notre pays. C’est elle qui prendra le relais dans tous les domaines mais spécifiquement dans l’agriculture et donc nous adoptons une approche particulière pour les jeunes en termes de produits de financement ou encore en termes de conseil et d’accompagnement. Nous sommes très mobilisés pour que ce passage de relais soit fructueux pour l’agriculture marocaine. Chaque année nous développons des produits et une politique commerciale et marketing vis-à-vis de cette clientèle qui est aujourd’hui très active et que nous accompagnons de manière très forte.

Quelles sont vos attentes par rapport au SIAM 2018 en tant que partenaire important de cet événement ?

Nos attentes sont des attentes renouvelées puisque c’est la 13ème édition. Nous sommes liés au Salon de l’agriculture par notre ADN qui est le financement de l’agriculture et le financement du monde rural de manière générale. Nous sommes particulièrement satisfaits et fiers de l’engouement que connaît ce salon d’année en année. C’est un salon qui est aujourd’hui ancré dans le paysage économique marocain. C’est une vitrine de l’évolution très positive de la dynamique que connaît le secteur agricole marocain et c’est quelque chose à laquelle nous avons contribué. Cette contribution est à hauteur de l’évolution de notre bilan. Nous sommes aujourd’hui à une taille de bilan très importante qui est de 97 milliards de dirhams. C’est un bilan qui est exclusivement dédié au financement de l’agriculture et de l’agro-industrie. C’est quelque chose dont nous sommes fiers parce que nous sommes porteurs d’une mission de service public qui est l’accompagnement et le financement du monde rural de manière générale et de l’agriculture en particulier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *