Naïma Sahil: «Seuls les projets viables sont retenus»

Naïma Sahil: «Seuls les projets viables sont retenus»

En quoi consiste votre rôle d’incubateur vis-à-vis des candidats qui postulent chez vous ?
 

Naïma Sahil : Nous offrons tout d’abord des locaux aux candidats retenus. Ces locaux sont de 40 m2 si les porteurs de projets opèrent dans le secteur des services, et de 60 m2 s’ils opèrent dans la production. Nous leur offrons également tout le matériel nécessaire afin qu’ils puissent réaliser leurs produits. Parallèlement, nous leur prodiguons des conseils et des formations pour accroître leurs capacités de gestionnaires.
 
Pour un porteur de projet, quels sont les critères pour être éligible ?
 
La sélection de ces jeunes se fait par le biais d’une commission qui choisit les candidats devant bénéficier des actions du Centre sur un certain nombre de critères (âge entre 23 ans et 32 ans, type d’activités…). Les candidats doivent bien évidemment être porteurs d’un projet viable. Pour l’instant, le centre se focalise sur les lauréats de l’OFPPT (Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail). Mais il sera bientôt ouvert à d’autres diplômés. La précarité figure aussi parmi les critères les plus importants.
 
Comment pouvez vous mesurer la précarité ?
 
Cela se passe à travers notre commission. Il faut dire qu’avant d’arriver chez nous, le candidat est déjà passé par plusieurs filtres. Il a déjà subi une présélection au niveau de l’OFPPT. Il subira encore une phase de sélection au niveau de notre commission, avant de déboucher sur la phase finale qui est celle de la post-sélection. Durant les entretiens, le candidat est questionné sur sa situation sociale, celle de ses parents, etc.
 
 
Où en est le Centre pour le moment ?

Pour le moment, le Centre est encore à sa phase pilote et nous essayons de recueillir le maximum de données pour optimiser davantage nos process. Il faut dire qu’il s’agit d’une expérience unique et pionnière aussi bien au Maroc, que dans la région MENA et dans le monde arabe. Certes, des incubateurs d’entreprises existent, mais n’opèrent pas selon le même système.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *