Paris dans le rouge

Le marché parisien évolue sur une note négative à la mi-journée du 15 janvier dans le sillage de New-York, des technologiques, des médias et des télécoms. La séance a été marquée par la publication d’un grand nombre de résultats. New-York est attendu en baisse avant la publication de nombreuses statistiques. Vers 12h30, le CAC 40 recule de 0,36% à 4413,98 points. Le volume de transactions atteint 1 milliard d’euros sur les valeurs du SRD, dont 897 millions sur les valeurs du CAC 40. L’indice Euro Stoxx 50 cède également du terrain et perd 0,44%.
A l’ouverture, les indices américains ont évolué à nouveau sur une note positive avant de repasser dans le rouge à la suite de prises de bénéfices. Seul, le Dow Jones a gardé de la hauteur après avoir passé la barre symbolique des 10000 points. Malgré des résultats supérieurs à ses attentes, le constructeur informatique Hewlett-Packard a reculé en fin de séance, le groupe étant resté prudent pour le trimestre en cours, estimant que les dépenses des ménages pourraient ralentir et les bénéfices diminuer. Tyco, QWest et EMC, qui continuent de souffrir des interrogations concernant leurs pratiques comptables, ont terminé en baisse. Le Dow Jones a terminé en légère hausse de 0,12% à 10.001,99 points tandis que le S&P 500 a cédé 0,18% à 1146,48 points et le Nasdaq 0,85% à 1.843,37 points.
Le flux de nouvelles reste pour l’instant positif. Mercredi, les statistiques sur les ventes au détail hors automobile, ont affiché leur plus forte hausse depuis mars 2000. Hier, le département du Commerce américain a annoncé une nouvelle diminution des stocks des entreprises en décembre, la onzième d’affilée, tandis que celui du Travail a enregistré une baisse à 375.000 des inscriptions hebdomadaires au chômage. Dans un marché en quête de signes supplémentaires de reprise tangible de l’économie américaine, les investisseurs seront à nouveau attentifs cet après-midi à la publication de la production industrielle aux Etats-Unis, de l’utilisation des capacités de production et de l’indice de confiance du consommateur de l’Université du Michigan de février.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *