Pêche : Baisse de la production

Pêche : Baisse de la production

La production nationale de la pêche côtière et artisanale est en baisse. Les débarquements ont enregistré une baisse de 3% en volume et de 14% en valeur par rapport à 2002. En chiffre, elle s’est inscrite en 2003 à 865.473 T pour une valeur de 2 995 MDH.
«Ce recul du chiffre d’affaires en 2003 s’explique principalement par la baisse des captures de céphalopodes, particulièrement le poulpe, qui à engendré un manque à gagner de l’ordre de 650 MDH», précise la note de conjoncture de l’Office national de pêche (ONP). Cette baisse drastique a été quelque peu compensée par une augmentation sensible de la valeur des autres espèces : poisson blanc (+126 MDH), poisson pélagique (+ 30 MDH) crustacés et coquillages (+19 MDH). Toutefois, malgré cette baisse, les réalisations de l’année 2003 s’inscrivent dans une tendance globale à la hausse, observée durant la décennie (1994 – 2003).Depuis l’année 2000, la moyenne des débarquements s’est établi aux environs des 875.000 tonnes, alors que cette moyenne était de l’ordre de 625.000 tonnes entre 1994 et 1999.
En terme de valeur, pour la période avant 1999, le chiffre d’affaires moyen enregistré par la pêche côtière et artisanale se situait autour de 1,7 milliard de DH. Depuis l’année 2000, ce chiffre est en augmentation continue, et ce, malgré le recul, conjoncturel, lié à la baisse du poulpe en 2003. Les débarquements enregistrés au niveau des halles de la côte méditerranéenne au cours de 2003, s’élèvent à 33.200 T pour une valeur de 236MDH, représentant ainsi 4% des débarquements de la flotte côtière nationale en volume et 8% en valeur. «Comparée à la même période de l’année 2002, cette production a connu une augmentation de 17% en volume et une stagnation en valeur», commente la note de conjoncture.
La part de l’Atlantique dans les débarquements enregistrés durant l’année 2003 représente 96% du volume total de la pêche côtière et artisanale, soit 832.227 T et 92% de la valeur, soit 2 760MDH . Ces apports ont connu une diminution de 4 % en volume et une baisse significative de 15 % en valeur.
Par ailleurs, les ports de Tan Tan et de Laâyoune, qui à eux deux, représentent 58% du volume des débarquements de la pêche côtière et artisanale, et 26% de leur valeur, ont enregistré une production de 504 055 T pour une valeur de 789 MDH, soit une baisse respectivement de 20% en tonnage et de 35% en valeur, par rapport à l’année précédente. Les halles de Mohammedia, Casablanca, Safi et Agadir, transférées à l’ONP en janvier 2003, ont enregistré, durant cette même année, 182.000 tonnes pour une valeur de 923 MDH, soit une augmentation considérable de 73% en volume et de 39% en valeur.
Ce résultat est le fruit de la mise en place d’une nouvelle organisation de la commercialisation au niveau des ports de pêche abritant ces halles qui s’est traduite, sur la plan national, par une meilleure maîtrise des flux, une uniformisation des procédures de gestion et une standardisation des normes d’hygiène et de qualité dans l’ensemble des halles du Royaume. Au niveau des débarquements, durant l’année 2003, la flotte de pêche côtière a débarqué 742.000T de poisson pélagique pour une valeur de 1.222 MDH, enregistrant ainsi une baisse de 2%en volume et une légère augmentation de 2,5% en valeur par rapport à 2002. Pour ce qui est des principales espèces composant cette catégorie, on notera une baisse en volume de 4% pour la sardine et de 18% pour l’anchois.
Le poisson pélagique représente 85% des captures totales de la pêche côtière et artisanale pour seulement 40% de leur valeur, avec un prix moyen de l’ordre 1.645 DH/T, enregistrant une légère valorisation par rapport à l’année précédente. Les apports de la pêche côtière et artisanale en poisson blanc se sont établis à 95.500 T pour une valeur de 981 MDH, enregistrant une hausse de l’ordre de 7,5% en volume et une nette amélioration de 15% en valeur. Malgré son faible tonnage, qui représente 11% du total des débarquements de la pêche côtière, ce groupe d’espèces a contribué pour 33% de la valeur globale,affichant ainsi une valeur moyenne, toutes espèces confondues, de l’ordre de 10.270DH/T.
Pour ce qui est de la catégorie céphalopodes d’espèce, elle a accusé une baisse importante de 52% en volume, en passant de 45.000 T en 2002 à 21 000 T en 2003. Quant à la valeur à la première vente, une chute tout aussi significative de 51% en valeur a été enregistrée, passant de 1.280 MDH en 2002 à 630 MDH en 2003.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *