Petite éclaircie dans le ciel morose des voyagistes

Petite éclaircie dans le ciel morose des voyagistes

«La situation est beaucoup moins dramatique qu’il n’y paraît», constate Jean-Pierre Mas, président d’Afat Voyages, premier réseau d’agences de voyage en France en nombre de points de vente. Grâce aux ventes de dernière minute, la baisse du volume d’affaires du réseau a été ramenée à 5% de novembre à février. Au Salon du tourisme MAP (Le Monde à Paris) qui s’est achevé dimanche, de nombreux visiteurs ont profité des remises de prix de 7% accordées sur les stands des tour-opérateurs et certains n’ont pas hésité à marchander des rabais supplémentaires. «Ils surveillent le prix à la virgule près, et certains vérifient les remises avec leurs calculettes», constate Céline Pitois, conseillère au stand Nouvelles Frontières. Dans l’agence du voyagiste rue Auber à Paris, «il y a eu une reprise depuis février et certains jours, les clients font la queue». Même son de cloche au stand de Jet tours, tour-opérateur haut de gamme qui a baissé ses prix de 10 à 15% pour l’été: «nous avons eu beaucoup de demandes sur le salon et, en agence, l’activité est repartie depuis février».
En dépit de la crise, les Français sont plus nombreux à vouloir partir en vacances: 65% des Français comptent voyager cette année, contre 60% l’an dernier, selon une étude du cabinet d’experts Protourisme. Nouvelle plutôt rassurante pour les tour-opérateurs, 30% d’entre eux ont choisi de partir à l’étranger, contre 27% l’an dernier. De nombreux Français se rattrapent cette année après avoir renoncé aux voyages en 2008, en raison de la hausse des carburants qui a renchéri le prix des billets d’avion. Les candidats au voyage se décident toutefois de plus en plus tard, un casse-tête pour les tour-opérateurs qui doivent réserver des sièges d’avion et des chambres d’hôtel: «nous avons très peu de visibilité», déplore le P-dg d’Asia, Jean-Paul Chantraine. Mais le mois de mars a marqué une petite reprise pour Asia, avec des réservations en hausse de 15%, après des baisses de 20 à 30% en janvier et février. «C’est un petit rayon de soleil dans un contexte morose, cela ne veut pas dire qu’on soit sorti de la crise», commente M. Chantraine. Le P-dg de Marsans France, Bruno Gallois, a lui aussi senti le vent tourner: «nos réservations sont en hausse de 13% depuis le début de l’année, ce qui a permis de rattraper en partie nos baisses de l’an dernier». Le retard de novembre jusqu’à la mi-mars s’est réduit à 12%. Chez Fram, qui fête cette année ses 60 ans, la reprise a commencé à se faire sentir depuis début mars: «on revient à une activité normale, comparable à l’an dernier», grâce à des ventes de dernière minute, explique-t-on. Destinations phare de Fram, le Maroc et la Tunisie ont retrouvé les faveurs de ses clients.

Brigitte Hagemann (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *