Petits fruits rouges : L’Inra de Tanger accompagne le développement de la filière

Petits fruits rouges : L’Inra de Tanger accompagne le développement de la filière

Un ambitieux programme de recherche de l’institut pour les quatre prochaines années

Avec une superficie de plus de 5.300ha et des recettes à l’export de plus de 2,3 milliards de dirhams, la production de petits fruits rouges est l’une des principales filières de production agricole dans les zones du Loukkos et du Gharb.

La culture des petits fruits rouges est considérée comme un levier de l’agriculture (principalement dans les périmètres du Loukkos et du Gharb) et dont la demande à l’international connaît une progression considérable. A cet effet, l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), à travers son Centre régional de Tanger, a mis en place pour les quatre prochaines années un ambitieux programme de recherche pour accompagner le développement de cette filière. «Les recherches portent sur la création de variétés productives et adaptées à nos conditions pédoclimatiques, la mise au point de technique de multiplication en masse des plants, l’amélioration durable de la conduite technique et l’amélioration de la conservation de la production. Des moyens scientifiques et techniques considérables sont mobilisés», indique Dr Mouad Chentouf, chef du Centre régional de la recherche agronomique (CRRA) de Tanger.

Une équipe de chercheurs est mobilisée pour réaliser ce projet dans le délai préétabli. Elle est destinée à mener ses recherches dans les locaux d’une station expérimentale, située à proximité de Larache, «où serres multi-chapelles, fertigation automatisée, pompage solaire et serre à ambiance contrôlée offrent un cadre de recherche optimal. L’infrastructure scientifique mobilisée est aussi importante avec plusieurs laboratoires spécialisés dans l’ionisation des produits, la multiplication in vitro, l’analyse du sol, de l’eau et des plantes, l’analyse sensorielle, la qualité des produits, la technologie alimentaire et les résidus de pesticides», affirme Dr Chentouf.

Il est à rappeler que dans le cadre du Plan Maroc Vert, le développement que connaît cette filière a eu un impact social indéniable, avec 18.000 emplois permanents créés et 4,5 millions de journées de travail générées.  Les données officielles font part qu’avec une superficie de plus de 5.300 ha et des recettes à l’export de plus de 2,3 milliards de dirhams, la production de petits fruits rouges est l’une des principales filières de production agricole dans les zones du Loukkos et du Gharb. La demande en petits fruits rouges à l’international connaît une progression considérable, permettant au Maroc de prendre le pas sur ses principaux concurrents. «Notre pays dispose d’atouts indéniables pour profiter de l’engouement des marchés pour les petits fruits rouges. Notre proximité des principaux marchés et nos conditions climatiques et édaphiques représentent des avantages considérables par rapport à nos concurrents directs, notamment sud-américains. Nous pouvons apporter aux marchés internationaux des produits frais et d’une grande qualité pendant des périodes où seule la production conservée au froid et de faible qualité est disponible», souligne Dr Chentouf.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *