Programme global pour limiter les effets du retard des précipitations: Un état des lieux plutôt rassurant…

Programme global pour limiter les effets du retard des précipitations: Un état des lieux plutôt rassurant…

Le programme global visant à limiter les effets du retard des précipitations sur l’activité agricole va bon train.

C’est ce qui se dégage de l’intervention de Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, en réponse à une question à la Chambre des représentants. Selon lui, ce programme qui vient en application des Hautes orientations royales, est décliné en trois axes portant sur la sauvegarde du cheptel, la protection des ressources végétales et le maintien des équilibres dans le monde rural.

C’est ainsi qu’en matière de préservation des ressources animales, le ministre a noté que le programme est axé sur l’approvisionnement du marché en fourrages subventionnés, l’abreuvement du bétail et le suivi précis de la situation sanitaire du cheptel. En effet, l’opération de l’orge subventionnée a permis l’approvisionnement de 8 millions de quintaux en 8 mois, avec une enveloppe budgétaire de 562 millions de dirhams. Aussi, le ministre a précisé qu’elle a permis une couverture totale avec 98 centres de relais au lieu des 70 programmés, l’acquisition de 5,5 millions de quintaux, soit le tiers du programme et la distribution de 2 millions de quintaux au profit de 210.000 bénéficiaires. Dans ce cadre, le programme prévoit des mesures de gouvernance au service des petits agriculteurs, à savoir l’approvisionnement en orge sur tout le territoire national, à un prix cible de 2 DH/kg.
Concernant les fourrages composés, M. Akhannouch a indiqué que 4 millions de quintaux seront subventionnés au profit des éleveurs des bovins, enregistrés au registre agricole national, avec un budget de 400 millions de dirhams.

Selon le ministre, le programme comprend également des actions visant l’abreuvement du bétail pour une enveloppe de 155 millions de dirhams, via l’aménagement et la construction de 524 points d’eau, l’acquisition de 2.700 citernes et la couverture des frais de fonctionnement des camions-citernes. Pour ce qui est de l’encadrement sanitaire du secteur, M. Akhannouch a fait savoir qu’une enveloppe de 92 millions de dirhams a été consacrée à l’acquisition de médicaments vétérinaires et la vaccination du cheptel au niveau de 41 provinces. Par ailleurs, en ce qui concerne la protection des ressources végétales, le ministre a précisé que ce programme vise également à assurer l’irrigation des plantations sous régime pluvial, avec une superficie ciblée de 93.000 hectares pour un coût de 140 millions de dirhams. De même, au niveau des plantations printanières, un programme a été mis en place visant 400.000 hectares, dont 263.250 hectares ont déjà été réalisés, soit 67% du programme.

En conclusion, M. Akhannouch a relevé qu’en dépit du déficit pluviométrique ayant marqué l’actuelle campagne, le déficit hydrique a reculé de 63% à fin janvier à 49% actuellement,  ajoutant que le taux de remplissage des barrages a augmenté de 58% en février à 61% actuellement.

(Avec MAP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *