Résultats financiers au premier semestre 2014: La morosité du marché déteint sur Lafarge

Résultats financiers au premier semestre 2014: La morosité du marché déteint sur Lafarge

C’est ainsi qu’au terme du premier semestre 2014, la filiale du groupe français Lafarge affiche un chiffre d’affaires consolidé de 2,565 milliards de dirhams, en baisse de 2,1% comparativement à une année auparavant, impacté principalement par la contre-performance de ses ventes de ciment de près de 4,4%. Ce repli des ventes reste en ligne avec le marché en forte crise depuis 2012, compensé, toutefois, par un effet prix et mix produits favorables en hausse de 3,6%.

Pour sa part, le résultat d’exploitation courant recule dans une moindre mesure de 0,9% à 1,124 milliards de dirhams. À ce titre, les analystes de BMCE Capital expliquent que «le résultat d’exploitation courant a profité de l’amélioration de la compétitivité de la société ainsi que de la bonne performance logistique et industrielle». De ce fait, la marge opérationnelle ressort en légère progression de 0,5 point, à 43,8%.

Le résultat net consolidé se replie, quant à lui, de 5,9% à 710 millions de dirhams. Chez BMCE Capital, on explique ce repli par la pénalité qui a pesé sur les comptes des suites de la charge additionnelle d’impôt sur les sociétés relative à l’opération de fusion-absorption par Lafarge Ciments de ses filiales Lafarge Betons et Lafarge Granulats. Dans ces conditions, la marge nette s’affaisse de 1,1 point, à 27,7%.

C’est ainsi que dans un marché peu porteur, les perspectives restent modestes. En effet, la société table sur un maintien de la tendance baissière de la demande nationale de ciment au deuxième semestre 2014 avec une baisse attendue entre 3 et 0% sur l’année. Et justement, pour pallier cette situation, Lafarge Ciments ambitionne de poursuivre le développement de ses exportations vers l’Afrique de l’Ouest. Alors qu’au Maroc, le cimentier poursuit son projet de nouvelle cimenterie dans le sud tandis que le contrat relatif à la ligne de clinker a été signé avec le fournisseur d’équipements Polysius au mois de mai 2014 et non Kawasaki comme cela a été le cas des cimenteries précédentes.

À noter qu’il s’agit de l’une des dernières publications de Lafarge avant sa grande fusion annoncée avec le suisse Holcim. À noter que cette fusion entre les deux géants Lafarge et Holcim a récemment commencé à prendre forme. En effet, Lafarge et Holcim ont franchi une nouvelle étape dans la réalisation de leur projet de fusion entre égaux, en vue de créer LafargeHolcim. À ce titre, un comité de désinvestissements a été constitué par les deux sociétés pour préparer le processus de cession à la suite de l’annonce de leur projet de fusion le 7 avril 2014. Un projet qui a pour ambition de mixer les deux entités pour créer un groupe à la pointe de l’innovation et à l’avant-garde de l’industrie des matériaux de construction.

À noter que la création du comité intervient après la signature de l’accord de fusion, scellant officiellement les termes de l’opération annoncée en avril, alors que le projet de fusion reste soumis aux consultations réglementaires et autres approbations d’usage. Pour rappel, comme annoncé lors de la signature de l’accord de fusion, ce projet devrait être finalisé au premier semestre 2015, avec pour objectif de créer un groupe bénéficiant du portefeuille le plus équilibré et diversifié du secteur, présent dans 90 pays et disposant d’un fort potentiel de création de valeur pour toutes ses parties prenantes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *