SG Debt Finance signe son retour

Après plusieurs années de relative discrétion dans le domaine du financement des LBO, la Société Générale vient de signer son retour en montant coup sur coup deux des plus grosses opérations françaises en ce début d’année. Arrangeur (ou co-arrangeur) des LBO montés par ABN Amro Capital France sur Rétif (dette senior de 90 millions d’euros et mezzanine de 21 millions) et du duo Legal & General Ventures / Royal Bank Private Equity sur Moliflor (valorisée autour de 400 millions), la Générale récolte les fruits d’une réorganisation engagée, il y a environ un an.
Après avoir mené ces activités depuis New York, la banque a donc décidé de se concentrer de nouveau sur le marché européen en travaillant essentiellement sur le  » upper middle-market « . Constitué à la fin des années 90 (via des produits de dette, des obligations et des high yields) le portefeuille américain (de 700 millions de dollars à l’origine) est entré en phase de gestion extinctive. Les 350 millions de dollars restants devraient être cédés dans les douze à dix-huit mois prochains.
Place donc au développement des activités sur les cinq principales économies du Vieux Continent. La banque se veut aussi bien dans le syndicat des gros LBO européens (Yell, Cegelec, Cognis…) qu’arrangeur sur des opérations de taille plus modeste (comme Rétif ou Moliflor). La fourchette d’arrangement va de 50 à 500 millions d’euros (mêlant dette senior et mezzanine).
Après avoir restructuré de mars à l’été 2001 l’organisation au plan européen, René de Laigue, directeur des financements d’acquisitions de SG Debt Finance s’attend à un décollage de l’activité. Depuis septembre 2001, ce sont huit mandats qui ont été engrangés par son équipe, dont cinq sont en cours et deux réalisés en France.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *