Un baromètre de transmission des entreprises familiales

Un baromètre de transmission des entreprises familiales

Avec l’appui du ministère de l’Economie et des Finances, BDO Jiwar, C&O Marketing, et l’Agence nationale de la promotion de la PME (ANPME) ont lancé le baromètre de la transmission des entreprises familiales. Ce nouvel outil a été présenté, lundi 25 novembre à Casablanca, par   Zakaria Fahim, directeur général de BDO Jiwar, Abdellah Omari, directrice générale de C&O Marketing et Latifa Achihabi, directeur général de l’ANPME. En effet, ce baromètre vise à apporter un éclairage sur la transmission des entreprises familiales et susciter une réflexion pour la mise en place d’actions en vue d’encourager et de faciliter le processus de  transmission des entreprises familiales. «Nous avons choisi de lancer ce baromètre en ce moment pour se préparer face à la crise qui touche la scène internationale actuellement», a indiqué M. Fahim. «Le ministère de l’économie nous a fourni les outils nécessaires pour lancer cette enquête dans les meilleures conditions», a-t-il ajouté. «La transmission des entreprises est une étape essentielle pour le développement et la pérennisation de l’entreprise», a affirmé le directeur général de BDO Jiwar. Dans ce sens, les intervenants ont précisé que pour mieux connaître les problèmes qui entravent la transmission des entreprises familiales, il était nécessaire de lancer une telle enquête. Il s’agit en fait de faire une étude périodique auprès de certains repreneurs et cédants d’entreprise, ainsi que des cédants potentiels et des experts  professionnels du conseil en entreprise.  «50% des entreprises européennes ont des problèmes à cause de la non préparation des problèmes de transmission», a relevé M. Fahim. M. Omari a expliqué, pour sa part, que cette enquête se réalisera sur trois étapes. La première consistera au développement d’une étude documentaire pour déterminer l’état des lieux, aller vers les sources de l’information pour pouvoir cerner la problématique. La deuxième étape se fera sous forme de sondages avec des questionnaires très approfondis avant de faire le benchmarking en se comparant à d’autres pays similaires. Cette étape durera deux mois pour rassembler les résultats. La troisième et dernière étape est la partie consulting où le groupe est amené à faire des recommandations. Par ailleurs, les intervenants ont assuré que les objectifs de ce baromètre sont de plusieurs ordres.
Il s’agit en fait d’analyser le profil et le parcours des repreneurs et des cédants tout en détaillant la signalétique des entreprises cédées et à céder. L’étude de l’option de reprise ou de cession  à ou par un membre de la famille. Recueillir ensuite les motivations à la fois pour la reprise et la cession pour  déterminer les canaux et moyens utilisés pour trouver le cédant ou repreneur. L’identification des acteurs privilégiés pour l’accompagnement dans cette démarche. La mise en relief les critères de choix, à savoir entreprise à céder ou repreneur. Pour procéder enfin  à l’analyse,  des aspects juridiques. «Ce baromètre nous permettra de connaître les principales difficultés rencontrées par les entreprises familiales, les facteurs-clés de réussite de la reprise ou à la transmission de l’entreprise , ainsi que les programmes d’accompagnement adéquats», a conclu M.Fahim.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *