Un prêt pour l’administration

Un prêt pour l’administration

Le 23 mars 2006, le Conseil d’administration de la Banque mondiale (BM) approuvait à Washington, l’octroie d’un prêt de 120 millions de dollars (environ 98,6 millions d’euros)  pour le Maroc. Il s’agit d’une enveloppe financière destinée à soutenir le «Programme d’appui à la réforme de l’administration publique» (PARAP) dans le Royaume. Lundi dernier à Rabat, l’accord relatif à ce prêt a été signé par le ministre marocain des Finances et de la Privatisation Fathallah Oualalou et le représentant résident de la BM au Maroc Férid Belhaj.
Remboursable en 20 ans avec 8 ans de grâce, ce prêt est le second d’une série de trois tranches dont la première, d’un montant de 100 millions de dollars, avait été entièrement décaissée durant le second semestre 2004. Il s’inscrit donc dans une ligne d’emprunts promise au Maroc dans le cadre de la réforme de l’administration publique initiée par le gouvernement en 2003. Bénéficiant également du soutien de l’Union européenne (UE) et de la Banque africaine de développement (BAD), le PARAP vise à doter le Maroc d’une administration moderne et de proximité, pouvant assurer des prestations de qualité aux administrés. Selon un communiqué de l’institution financière internationale, ce programme prévoit notamment l’amélioration de l’efficacité des dépenses publiques, la réforme de la gestion du service civil et le maintien de la politique salariale à un niveau viable à terme. Selon la BM toujours, le PARAP devrait aussi compter sur l’expertise des «Etudes programmatiques économiques et sectorielles» (Programmatic Economic and Sector Work) à travers lesquels conseils, formations et transferts de savoir seront apportés aux hauts responsables de l’administration marocaine, notamment en matière de gestion budgétaire, de réforme du service civil et de politique salariale. D’ores et déjà, la BM se félicite des efforts du gouvernement marocain accomplis en la matière. C’est entre autres ce qu’a déclaré Férid Belhaj, lors de la cérémonie de signature dudit prêt. M. Belhaj a ainsi reconnu que le Maroc est «un pays phare dans la région Afrique du Nord/Moyen-Orient» dans ce secteur. Pour sa part, M. Oualalou a salué les actions menées par la BM pour accompagner le Maroc dans la mise en œuvre des grands projets d’investissement et de réformes. M. Oualalou a par ailleurs rappelé, qu’outre la modernisation de l’administration marocaine, le PARAP vise également à consolider la gestion des ressources humaines et à renforcer le processus de décentralisation, nécessaire à la mise en place d’une gestion de proximité de la chose publique.  Egalement présent à cette cérémonie de signature, le ministre chargé de la Modernisation des secteurs publics, Mohamed Boussaid s’est surtout félicité de la qualité de la coopération entre le Maroc et la Banque mondiale. Pour lui, ce «prêt, exemplaire par sa forme et par son contenu, ouvre l’appétit pour aller plus loin dans les réformes».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *