Une enveloppe de 550 millions DH pour la dépollution industrielle

Une enveloppe de 550 millions DH pour la dépollution industrielle

Une convention de financement relative à l’appui au Programme national d’assainissement (PNA) et de dépollution industrielle a été signée, mercredi 3 novembre 2010, à Rabat. Ce contrat qui lie de nouveau le Maroc à l’Union européenne est d’un montant global de 550 millions DH. Ainsi, le partenariat maroco-européen permettra d’aborder une problématique environnementale très sensible à travers le soutien à un mécanisme de dépollution industrielle et un appui à la politique d’assainissement liquide du Royaume. àcette occasion, Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances, qui a ratifié la convention conjointement  avec Saad Hassar, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, Abdelkébir Zahoud, secrétaire d’Etat chargé de l’Eau et de l’Environnement et Eneko Landaburu, ambassadeur de l’UE au Maroc, a souligné «la haute priorité accordée par le gouvernement au PNA pour absorber à l’horizon 2020 le retard accumulé dans le secteur de l’assainissement». Et de poursuivre que, «le PNA a pour objectifs d’ atteindre un taux de raccordement global au réseau d’assainissement de 80% en milieu urbain contre 70% actuellement et de réduire la pollution engendrée par les eaux usées d’au moins 60%». Par ailleurs, M. Landaburu s’est félicité de la signature de cet important programme dont l’une des plus importantes contributions sera d’améliorer l’accès à l’assainissement pour les catégories sociales les plus démunies, qui touchera 200.000 bénéficiaires directs et permettra la construction de 25 stations d’épuration en renforçant une meilleure gestion intégrée de la ressource en eau. En outre, M. Landaburu a précisé que le PNA «permettra le renforcement d’un mécanisme incitatif volontaire de dépollution industrielle, en renforçant le rôle des agences de Bassins hydrauliques dans les projets de dépollution et aidera à la réalisation effective au Royaume du principe «Pollueur-payeur» instauré par la loi sur l’eau». D’un coût global estimé à 43 milliards DH, ce programme répond aux défis liés au Statut avancé entre le Maroc et l’UE. Le mécanisme étant d’appuyer la convergence progressive de la législation du Maroc vers la législation environnementale de l’UE, en particulier la mise en œuvre du principe pollueur-payeur, et la réforme des systèmes de tarification et des mécanismes de financement du secteur de l’eau pour un meilleur et durable service aux usagers. Outre l’appui de l’UE d’un montant de 50 millions d’euros, auquel s’ajouterait un montant de 10 millions d’euros au titre de la Facilité d’investissement pour le voisinage, ce programme bénéficie également de l’appui de l’Agence française de développement, de la Banque allemande de développement (KFW), de la Banque européenne d’investissement, de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement et de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *