Une nouvelle garantie pour les exportateurs

Les entrepreneurs marocains disposent à présent d’un nouvel instrument pour faciliter leurs exportations. Il s’agit du  Global Trade Finance Program (GTFP) ou le Programme de financement du commerce extérieur. Ce nouveau service a été présenté au siège d’Attijariwafa bank à Casablanca en collaboration avec la Société financière internationale (SFI). Intervenant à cette occasion, Bonnie Galat, directrice marketing et ventes de la SFI, a défini le GTFP comme un programme de crédits commerciaux doté d’un budget «revolving» d’un milliard de dollars, qui facilite les échanges commerciaux entre les pays développés et ceux en voie de développement. Ce programme cible le commerce international du secteur privé et propose des garanties allant jusqu’à 100% de la valeur de la transaction sur une période qui ne dépasse pas les 3 ans. Mme Galat a précisé que le volume des transactions pour le GTFP a atteint, jusqu’au mai dernier, 3,27 milliards de dollar, le nombre des garanties émises est de 1.785 et la valeur médiane est estimée à 230 millions de dollars. «A travers la répartition géographique des garanties cumulées depuis septembre 2005, il apparaît que la zone Afrique s’accapare de 50% de ces garanties, la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord 13%, et celle de l’Amérique latine et Caraïbes 29%, alors que l’Asie, l’Europe et Asie Centrale détiennent respectivement 3% et 5%», apprend-on de la directrice marketing et ventes de la SFI. Par ailleurs, Mme Golat a évoqué les secteurs où intervient le GTFP, ainsi elle a cité les secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie qui viennent en première position avec 29%, celui du manufacturier 22% et le secteur des commodités agricoles 12%. Quant au programme adopté pour le Maroc, le GTFP soutient les secteurs du textile et cuir, l’engrais, les fruits et légumes et les fruits de mer. Selon Mme Golat, le commerce international des pays émergents atteindra 45% en 2030. Pour sa part, Souleymane Traore, Senior investment officer, a affirmé que l’objectif de la SFI est d’accroître la part des pays en développement dans le commerce international et promouvoir les échanges Sud-Sud pour ce qui est des biens et  services. «Le GTFP joue un rôle déterminant dans la mise en place d’un réseau mondial des partenariats bancaires et offre une multitude d’avantages pour les entrepreneurs des pays en développement, les banques émettrices et les banques confirmatrices», explique M. Traore. Il a ajouté que l’objectif de la SFI est de donner à l’exportateur marocain la possibilité d’aller vers des régions où, jusque là, il avait du mal à avoir des garanties de paiement et de développer son activité parce qu’il ne connaissait pas très bien le marché. Quant aux choix d’Attijariwafa bank comme partenaire dans ce programme de grande envergure, M. Traore a assuré que cette décision a été prise suite à une évaluation faite par une équipe d’analyse de risque sur la manière avec laquelle Attijariwafa bank gère son portefeuille et sa clientèle. En intégrant le GTFP comme banque confirmatrice, Attijaraiwafa bank affiche son ambition de consolider sa place de leader dans l’accompagnement à l’international des exportateurs marocains. Son partenariat avec une grande institution telle que la SFI lui ouvre des possibilités accrues d’intervention sur des marchés réputés plus difficiles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *