Urbanisme : un service d’assistance pour le rural

Urbanisme : un service d’assistance pour le rural

Un nouveau produit en matière d’urbanisme va être lancé prochainement. Il s’agit d’un service d’assistance technique et architecturale pour encadrer l’auto – construction dans le milieu rural. La mise en place de ce service a été au menu d’une réunion hier, lundi 4 septembre au siège du ministère de l’Habitat et de l’urbanisme à Rabat.
L’annonce des nouvelles zones ouvertes à l’urbanisme a été également au cœur de cette rencontre présidée par Ahmed Toufiq Hjira, ministre délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme et rassemblant les directeurs des 21 agences urbaines que compte le pays. 
Ce sont là deux nouveautés dans ce secteur que le ministère de tutelle lance avec cette rentrée. 
Le service d’assistance technique et architecturale pour l’encadrement de l’auto – construction dans le milieu rural rappelle les mesures qui avaient accompagné le lancement des plans architecturaux destinés au milieu rural et distribués durant les années 90 moyennant des sommes modiques à travers les délégations ministérielles et via la Conservation foncière.
L’objectif escompté par les mesures que Toufiq Hjira vient d’initier est d’arriver à avoir un «habitat salubre rural ». «Il s’agit, entre autres, du respect des normes requises ainsi que des matières de constructions locales. Ce service destiné aux zones rurales est un nouveau chantier qui permettra, en effet, d’assurer un suivi régulier de ces projets par des experts du ministère», explique M. Hjira.
Par ailleurs, de nouvelles zones ouvertes à l’urbanisme à travers le Royaume seront annoncées dans les mois à venir. «La liste de ces nouvelles zones urbanistiques sera prête vers la fin de l’année. Ce document de travail qui verra le jour pour la première fois au Maroc et qui sera édité sous forme d’Atlas permettra, en fait, de suivre le boom immobilier que connaît le pays», ajoute le ministre.
De plus, la réalisation d’une liste rassemblant ces nouvelles zones destinées à l’urbanisation facilitera la tâche aux investisseurs.
Dans ce sens, le ministre délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme précise que «le foncier urbain constitue la matière première pour les promoteurs immobiliers ou touristiques, aussi bien marocains qu’étrangers». Favoriser l’accès à une information précise et complète est donc un moyen d’encouragement de l’investissement au Maroc.   
À cet égard, le département de Toufiq Hjira se penche également sur la mise en place d’un Code de l’urbanisme. La réunion d’hier a permis de faire le bilan d’étape de ce projet qui ne tardera pas à voir le jour.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *