Digital Jobs for Moroccan Youth: Une contribution à l’absorption du chômage ?

Digital Jobs for Moroccan Youth: Une contribution à l’absorption du chômage ?

Aujourd’hui, étant à mi-parcours, il serait l’heure d’en faire le bilan par la Fondation marocaine de l’éducation pour l’emploi (EFE). Cet arrêt sur les réalisations du projet a été fait ce lundi 4 mai où l’objectif de cette initiative est de former 770 jeunes marocains à court terme et de parvenir à multiplier ce chiffre par 5 à l’horizon 2020 a été réitéré. Bien ambitieux, EFE Maroc et leurs partenaires entendent faire de ce projet une vraie contribution à l’absorption du chômage.   

Avec la contribution des Fondations Rockefeller et MasterCard, EFE Maroc entend former les jeunes marocains dans les métiers du digital à travers son programme «Digital Jobs for Moroccan Youth». Améliorer l’employabilité des jeunes et faciliter leur insertion professionnelle, tel est l’objectif premier de cette initiative. «Il s’agit de renforcer leurs compétences dans le secteur IT et dans les domaines des TIC», apprend-on auprès des organisateurs. 

Et d’ajouter qu’à cette étape du projet, il est nécessaire d’en évaluer «la première phase afin de mieux se projeter par rapport aux prochains groupes bénéficiaires».

Tel présenté,  «Digital Jobs for Moroccan Youth» serait un vrai moteur d’atténuation du chômage  auprès des jeunes diplômés. Au nombre de 300.000, ceux-ci affluent annuellement sur un marché de l’emploi dans l’incapacité de les contenir. Ce qui représente à l’heure actuelle un défi majeur pour l’économie nationale. Si l’on exclut ce genre d’initiatives, l’économie nationale ne peut, en effet, assurer que 120.000 emplois par an.

Face à ce constat, il y a lieu de prendre conscience de l’importance des secteurs assez «frais», tel le digital. En pleine dynamique, celui-ci est en mesure de participer potentiellement à l’atténuation de cette problématique.

«Classés parmi les secteurs d’avenir, les IT peuvent assurer 59.000 postes  à l’horizon 2020. En s’orientant vers des secteurs à forte demande tels que les IT/ BPO, EFE Maroc et la Fondation Rockefeller font preuve d’une approche ingénieuse à fort impact direct, aussi bien pour l’économie marocaine engagée dans la voie de l’émergence que pour les jeunes tous passionnés par les TIC et désireux de réussir», précise-t-on.

Si l’on se base sur les chiffres officiels, le taux de chômage au Maroc serait passé de 9,4% à 10,2% entre 2013 et 2014. «Selon la Banque mondiale le Maroc doit doubler sa croissance pour espérer absorber sinon atténuer cette problématique qui touche 22% des jeunes en âge de travail. Dans ce sens, le choix du digital ne serait pas anodin.

Le Maroc, qui emploie 35.000 personnes dans ce secteur, est même classé dans le top 30 des destinations offshore dans le monde. Tant de chiffres qui ne peuvent que donner de la légitimité à des initiatives comme le «Digital Jobs for Moroccan Youth».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *