Mondialisation : La 23ème conférence internationale se passe à Casablanca

Mondialisation : La 23ème conférence internationale se passe  à Casablanca

Les motivations variant d’un pays à un autre, il est important d’analyser si le Brexit est réellement un signe de destruction de l’Union européenne.

L’Université internationale a réussi à faire venir des professeurs des 4 coins du globe pour débattre de «la remise en cause des frontières dans les termes d’une nouvelle représentation de la réalité européenne». Le sujet n’est pas fortuit. Il s’impose de lui-même dans un espace où l’afflux des réfugiés et des migrants, l’augmentation des menaces terroristes et la concurrence acerbe ne font que s’accroître au fil des ans. Et c’est dans ce contexte que le réseau PGV a accepté de choisir comme lieu Casablanca pour en débattre. Toute une symbolique. Le Maroc représentant une plate-forme pour l’Europe, il est clair que le décryptage de la problématique en vaut la chandelle ! «Je suis très heureux de me retrouver dans les locaux de l’UIC pour débattre d’un tel sujet», a d’ailleurs affirmé Claude Martin, président du réseau PGV, ONG créée en 2010 à vocation scientifique et qui regroupe des chercheurs d’Europe centrale et occidentale et du pourtour méditerranéen.

«Avec le Brexit, la question de savoir s’il faut remettre en question les accords de Schengen ou pas se pose», poursuit le porte-parole du réseau.

L’expert plante le décor des deux journées de réflexion : les motivations variant d’un pays à un autre, il est important d’analyser si le Brexit est réellement un signe de destruction de l’Union européenne. Devenue puissante, la réflexion se justifie amplement car c’est normal que compte tenu de la mondialisation les pays évoluent en optant pour plus de protectionnisme des frontières entretenu par un nationalisme de plus en plus affirmé. C’est de tout ceci que la Conférence Internationale devra traiter.

De son côté, Tawfiq Rkibi, secrétaire général du Réseau PGV, a déclaré en guise d’ouverture plénière que «l’accueil de la 23ème conférence scientifique du réseau PGV par l’Université internationale de Casablanca tombe à point nommé. Ce choix témoigne de l’importance accordée au Maroc en matière d’approfondissement de la politique de voisinage de l’Union européenne, à un moment où le débat sur l’avenir du Vieux Continent et ses rapports avec le monde n’ont jamais été aussi vifs et cruciaux. Il convient de rappeler que ce réseau est constitué par plus de 50 institutions d’enseignement et de recherche appartenant à 12 pays européens et du pourtour méditerranéen. Les communications qui ont été présentées ainsi que les analyses et débats qui ont été engendrés apporteront d’une valeur ajoutée en termes de connaissances et d’identification d’axes de réflexion et de recherche.» Le ton est donné. La boucle est bouclée.   

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *