Mustapha Metaich: «On passe à une logique de respect de l’environnement»

Mustapha Metaich: «On passe  à une logique de respect de l’environnement»

Entretien avec Mustapha Metaich, président de la 5ème édition du Forum Centraliens Supélec

Notre ambition est de fournir aux responsables nos idées et nos propositions concrètes pour tracer la trajectoire qui permettra, dans les prochaines années, d’atteindre les objectifs fixés lors de la COP21. C’est une contribution parmi d’autres, et nous espérons qu’elle pourra participer au succès de la COP22 à Marrakech.

ALM : La cinquième édition du Forum Centraliens Supélec se tiendra sous le thème «Les Centraliens et les Supélec s’engagent pour le climat». Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

Metaich-Mustapha-Forum-Centraliens-Supelec
Mustapha Metaich, président de la 5ème édition du Forum Centraliens Supélec

Mustapha Metaich : La question du changement climatique est une question globale, qui concerne tous les pays de la planète, et cruciale pour l’avenir de l’humanité. C’est aussi un sujet d’une grande actualité, puisque nous sommes à la veille de la COP22 qui se tiendra à Marrakech en novembre 2016, et qui aura pour mission essentielle de proposer les mécanismes de mise en application des accords issus de la COP21 à Paris. C’est donc tout naturellement que les Centraliens et les Supélec du Maroc ont décidé de consacrer la 5ème édition de leur forum bi-annuel au thème du réchauffement climatique, en mobilisant le réseau mondial des Centraliens et des Supélec, avec pour objectif de réfléchir et proposer des solutions et des recommandations, pour lutter contre le réchauffement climatique.
Ces solutions sont issues de leurs expériences, des fonctions et responsabilités qu’ils assument en tant qu’opérateurs économiques, experts et scientifiques ou acteurs institutionnels.

Comment comptez-vous aborder cette thématique ?

La 5ème édition du Forum Centraliens Supélec, labellisée COP22 par le comité de pilotage de la COP22, a été placée sous le thème de l’innovation responsable et de l’action solidaire pour lutter contre le réchauffement climatique. Au-delà de la force des mots, il s’agit d’un véritable paradigme dans la façon que les Centraliens et les Supélec envisagent l’avenir et le rôle des ingénieurs dans la société: d’une innovation productiviste basée sur le principe que les ressources de la planète sont illimitées et que les coûts doivent être de plus en plus bas (héritage du 19ème siècle industriel), on passe à une logique d’innovation respectueuse de l’environnement et consciente de la finitude des ressources de notre planète. Partant de ce principe, nous avons décliné notre réflexion selon trois thématiques fortes, traitée chacune lors d’ateliers qui se tiendront dimanche 29 mai. Il s’agit d’un premier atelier sous le thème «Les énergies renouvelables, l’économie circulaire et l’écologie urbaine» et un second autour du thème «Le financement et la gouvernance de l’adaptation».
Aussi, lundi 30 mai se tiendra la séance plénière du Forum qui se divise en deux parties : «Les grands enjeux de la question climatique à travers l’intervention de politiques et d’acteurs institutionnels de premier plan», puis dans un second temps, où nous présenterons la synthèse des recommandations issues des ateliers que nous partageons avec les participants à la plénière.

Quelles sont vos ambitions pour cette cinquième édition ?

Nous élaborons, à la fin du Forum, un livre de recommandations mis à la disposition des décideurs. Notre ambition est de fournir aux responsables nos idées et nos propositions concrètes pour tracer la trajectoire qui permettra, dans les prochaines années, d’atteindre les objectifs fixés lors de la COP21. C’est une contribution parmi d’autres, et nous espérons qu’elle pourra participer au succès de la COP22 à Marrakech.

Cette édition coïncide avec le regroupement des réseaux des Centraliens et des Supélec du Maroc. Parlez-nous de cette fusion…

Les deux écoles ont fusionné le 1er janvier 2015, créant ainsi CentraleSupélec, l’un des leaders mondiaux en matière de formation d’ingénieurs et de recherche appliquée. Avec 1.000 ingénieurs diplômés, 500 doctorats et 500 mastères par an, CentraleSupélec va désormais rivaliser avec les plus grands instituts technologiques du monde : MIT, Caltech, Stanford, et autres. Au niveau des réseaux des anciens, le regroupement des deux réseaux conduira à la création d’une communauté forte de 40.000 membres, soit l’un des plus importants réseaux d’ingénieurs au monde. Au Maroc, nous avons été le premier groupement international du réseau des Centraliens et Supélec à opérationnaliser la fusion puisque, à partir de cette année, nous avons réuni nos membres au sein d’une seule association, nous avons édité notre annuaire consolidé répertoriant un millier de diplômés marocains et nous avons mutualisé toutes nos activités au profit de nos membres, à commencer par le forum, qui se tient pour la deuxième année consécutive sous le label «Forum Centraliens Supélec».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *