Noureddine Mouaddib : «L’UIR a réussi à obtenir la reconnaissance de l’Etat»

Noureddine Mouaddib : «L’UIR a réussi à obtenir la reconnaissance de l’Etat»

Entretien avec Noureddine Mouaddib, président de l’Université internationale de Rabat (UIR).

ALM : Comment se profile cette année scolaire 2015-2016 ?

Noureddine Mouaddib : En cette année, nous avons accompli une belle réalisation, puisque notre université a obtenu la reconnaissance par l’Etat marocain. De même, la rentrée 2015-2016 a coïncidé avec le bilan des 5 années d’existence de l’UIR.
Cette année est synonyme de réalisations et de consolidation de nos acquis. Ainsi, en cinq années, nous avons enregistré un grand nombre de réalisations.

Peut-on avoir un aperçu sur ce bilan?

Si nous devions retenir trois principales réalisations elles concerneraient en premier lieu le volet académique. A ce niveau, notre catalogue de formations a été consolidé par l’ouverture, l’année dernière, de la Faculté internationale de médecine dentaire et l’Ecole d’ingénierie automobile. Ces deux nouvelles filières sont venues appuyer les formations de l’UIR qui existaient depuis 2010, à savoir l’Institut des classes préparatoires, Sciences po Rabat, la Business school, l’Ecole d’actuariat, l’Ecole d’architecture, l’Ecole d’ingénierie des energies, School of aerospace engineering, l’Ecole de droit, la Faculté d’informatique et logistique. Nous sommes ainsi fiers de proposer aux bacheliers et étudiants 25 filières de qualité dont certaines sont en double-diplôme avec des partenaires étrangers de renom.

Quel est le second volet ?

Il s’agit du volet recherche. En effet, depuis sa création, l’UIR s’est donné comme objectif de hisser haut le drapeau de la recherche et innovation au Maroc. Nous avons ainsi déposé 177 brevets dont 20% à l’international. En 2014, nous avons reçu des mains du chef de gouvernement le prix national de l’innovation et pour cette année, nous avons obtenu le prix de la 1ère université au Maroc en termes de dépôts de brevets, pour 40 brevets au niveau national et 10 à l’international. Ces réalisations au niveau de la recherche nous ont même permis d’être cités par le Global innovation index, une référence au niveau international en ce qui concerne l’innovation. Cette politique volontariste au niveau de la R&D nous a également permis de nous entourer d’industriels de 1er plan.

Pour ce début d’année, nous avons signé avec PSA Peugeot-Citroën pour la mise en place d’un Open Lab, une 1ère en Afrique et nous avons également réalisé le 1er transfert vers l’industrie pour notre brevet «Panneaux intelligents de signalisation routière».
Enfin, le troisième volet concerne les infrastructures. A ce niveau, nous avons réalisé de très grands investissements pour la construction de notre campus depuis 2010, ceux-ci s’élèvent à 910 millions de dirhams, dont 100 millions rien que pour les équipements R&D. Nous disposons ainsi de plus de 85.000 m² de constructions qui englobent trois bâtiments d’enseignement, quatre résidences universitaires, une salle omnisports, une piscine semi-olympique et autres. Aussi, notre campus moderne a reçu en 2014 et 2015 des certifications uniques au Maroc.
Comment la dimension internationale se matérialise-t-elle au cours de l’année scolaire ?
L’international est au cœur du projet pédagogique de l’UIR. Depuis notre création, notre réseau international s’est étoffé en intégrant des partenariats issus des 5 continents. Ainsi, l’international revêt une importance cruciale au sein de nos programmes pédagogiques. En effet, le fonctionnement de l’UIR est fondé sur des partenariats académiques avec des établissements universitaires internationaux prestigieux et reconnus mondialement, donnant lieu à la délivrance d’un double diplôme aux étudiants de l’UIR, qui suivent le même cursus que celui proposé par l’établissement partenaire, avec les mêmes critères de sélection à l’entrée, les mêmes examens et les mêmes programmes pédagogiques. La délivrance d’un double diplôme est le degré de partenariat le plus poussé en matière d’enseignement supérieur. Il s’agit d’un engagement très fort du partenaire, qui fait que les étudiants de l’UIR reçoivent à la fin de leur cursus le diplôme du partenaire, en plus du diplôme de l’UIR. Il s’agit d’un partenariat extrêmement engageant pour le partenaire comme pour l’UIR, et qui implique une coordination permanente et un suivi quotidien, en plus des échanges académiques obligatoires pour les étudiants de l’UIR dans l’université partenaire, de même que l’échange des enseignants entre les deux établissements.

Et pour les étudiants ?

Au niveau de l’ouverture internationale de nos étudiants, nous pouvons citer des exemples de mobilité vers l’ESC Rennes (France), Georgia Institute of Technology et Missisissipi State University (USA), Université de Lorraine (France), etc. En chiffres, la dimension internationale, c’est plus de 600 étudiants de l’UIR qui ont effectué une mobilité à l’étranger et nous avons reçu plus de 200 étudiants dans le cadre d’une mobilité vers l’UIR. L’international à l’UIR, c’est également une spécificité de notre corps professoral. L’UIR est en effet porté par une équipe d’enseignants-chercheurs au rayonnement académique à l’international. L’UIR a notamment réussi à mobiliser un réseau important d’enseignants-chercheurs émanant pour l’essentiel de la diaspora universitaire marocaine de l’étranger. Ces derniers sont au nombre de 60 enseignants-chercheurs marocains issus de la diaspora académique et scientifique. Ces derniers sont appuyés par des enseignants-chercheurs étrangers venant des USA, Syrie, Belgique, France, etc.

Qu’en est-il de l’action sociale et environnementale au sein de l’UIR?

L’action sociale a toute sa place au sein de l’UIR puisque nous proposons des aides financières en bourses et prêts étudiant. Depuis 2010, l’UIR a mis en place un système de bourses aux étudiants méritants issus de couches socio-économiques défavorisées. En effet, la question de l’équité est au centre des préoccupations de notre université. Il s’agit de donner la chance à des étudiants méritants et aux ressources financières faibles de suivre leur cursus complet à l’UIR sans se soucier des conditions financières ni du logement. Ainsi, 30% des étudiants de l’UIR bénéficient de la gratuité totale ou partielle des études et du logement sur site, ce qui constitue pour l’UIR une contribution pour favoriser la bonne marche de l’ascenseur social. Autre système de financement des études proposé par l’UIR, le prêt étudiant. Dans le but de rendre plus accessible l’enseignement supérieur aux étudiants marocains, l’UIR a créé auprès de la Caisse centrale de garantie (CCG) un fonds d’appui dénommé «Tamwil UIR» qui a pour objet l’octroi d’avances remboursables à ses étudiants pour le financement partiel de leurs frais de scolarité. Ce prêt bénéficie d’un taux préférentiel garanti par la CCG.

Qu’en est-il des étudiants ?

Nos étudiants, dans le cadre de leurs projets associatifs, s’engagent à mettre en œuvre des projets d’ordre humanitaire, inclusion des personnes à besoins spécifiques, environnement, etc. La logique environnementale est au cœur des préoccupations de l’UIR. Cela est illustré par des projets phares tels que le recyclage du papier au sein de l’UIR, les espaces verts qui représentent 60% de la superficie du campus avec plus de 3.500 arbres plantés et la mise en place d’un bassin de rétention des eaux pluviales pour l’arrosage et une piscine semi-olympique traitée aux ultra-violets afin de ne pas polluer la nappe phréatique.

De même nous disposons d’une ferme solaire. En effet, engagée dans une démarche de respect de l’environnement et de développement des énergies renouvelables, l’Université dispose sur son campus d’une centrale photovoltaïque unique en son genre.
Celle-ci couvre l’allée centrale du campus de l’UIR et permet d’injecter directement l’énergie électrique dans les réseaux des différents bâtiments de l’UIR. Cette ferme solaire est d’une capacité énergétique annuelle qui sera produite par la centrale.
Enfin, en tant que bâtisseur responsable, l’UIR s’est engagée dans une démarche HQE qui vise à limiter les impacts d’une opération de construction ou de réhabilitation sur l’environnement tout en assurant à l’intérieur du bâtiment des conditions de vie saines et confortables, comprenant l’esthétique, le confort, l’agrément de vie, l’écologie et la durabilité.

Quelle est votre feuille de route en ce qui concerne l’employabilité de vos lauréats ?

En premier lieu, nous sommes heureux d’annoncer le taux d’insertion des lauréats de l’UIR pour les promotions 2013 et 2014 (Bac+5), qui est de 92%. Il importe de rappeler que l’UIR a d’abord été créée pour répondre à l’ampleur du besoin en ressources humaines qualifiées pour accompagner les projets structurants lancés par le gouvernement marocain, tels que les Plan Emergence, Plan Maroc Vert, Plan Energie, Plan Azur, INDH et autres, en plus des besoins en formation d’enseignants-chercheurs de haut niveau ayant une activité de recherche soutenue et visible à l’international comme au niveau local. Nous avons donc anticipé et mis en place dès 2010 des formations et des cursus diplômants qui mènent aux métiers les plus porteurs pour l’économie marocaine (énergies renouvelables, dont l’énergie solaire, l’environnement, l’aéronautique, le naval, le spatial, l’architecture, la science politique, le droit, le management, l’actuariat, etc.), avec l’objectif de répondre aux priorités économiques, politiques et sociales du Maroc. Ainsi, chaque pôle académique de formation a été ouvert, après études approfondies, sur la base des orientations des politiques nationales structurantes du Royaume, et des besoins du marché du travail. Les programmes pédagogiques sont également pensés avec une orientation «métier» qui prend en considération les préoccupations des entreprises et du tissu économique marocain. L’aspect «terrain» est donc prépondérant et central dans notre vision pour toutes les formations ouvertes à l’UIR.

Est-ce que votre emplacement au sein de Technopolis y est pour quelque chose?

En effet, le choix de l’emplacement de l’UIR, basée à Technopolis, n’est pas fortuit non plus. Comme tout le monde le sait, Technopolis est la zone d’activité économique de la ville de Rabat, c’est un pôle d’entreprises incontournable et de référence. C’est donc pour nous un choix stratégique de s’adosser à cette technopole, car cela permet à nos étudiants de vivre à proximité d’un pôle économique et industriel qui devrait compter à terme plus de 100 entreprises de grande renommée.
De même, nos étudiants sont amenés, tout au long de leur cursus, à faire des stages obligatoires en entreprise, qui font partie intégrante de leur cursus universitaire, sous l’encadrement des équipes pédagogiques de l’UIR. Enfin, je souligne que l’UIR a créé, à l’occasion de la première promotion de nos diplômés en 2013, une cellule «Employabilité et carrières», dont l’objet principal est d’œuvrer, en étroite collaboration avec les lauréats et avec le monde de l’entreprise, à l’insertion professionnelle de nos diplômés, et de les accompagner à la fois dans leur recherche d’emploi et dans leur carrière professionnelle.
Cette cellule organise également la Job Fair, une rencontre annuelle avec les grandes entreprises nationales, dont la prochaine édition se tiendra le 6 mai 2016.

Les conditions imposées par le régulateur aux écoles privées pour prétendre à une reconnaissance sont difficiles à remplir et s’avèrent très exigeantes. Comment avez-vous passé le cap ?

Ces conditions sont nécessaires pour la régulation du secteur. L’UIR s’est conformée à toutes les conditions et a réussi à obtenir la reconnaissance de l’Etat. Une étape qui représente une reconnaissance de la qualité élevée des formations dispensées par l’UIR, comme stipulé par l’article 53 de la loi 01-00 organisant l’enseignement supérieur. Ainsi, la reconnaissance de l’UIR est la consécration des efforts entrepris par tous les acteurs de l’université (responsables, enseignants, personnels administratifs et techniques, étudiants…) durant les 6 dernières années pour créer un cadre pédagogique de qualité, développer des cursus de formation d’excellence enseignés par des équipes pédagogiques qualifiées, et offrir un cadre de vie convivial aux étudiants.

De même, la qualité de l’UIR est confortée par la qualité des partenariats développés avec les institutions de renom aussi bien en Europe qu’en Amérique (USA et Canada) avec bon nombre de formations en double diplomation.
La recherche au sein de l’UIR a constitué un autre pilier de qualité et atout plaidant en faveur de sa reconnaissance (publications scientifiques de niveau international, brevets, contrats de valorisation avec les entreprises….). L’Université Internationale de Rabat est ainsi assimilée totalement à l’Université publique avec plus d’avantages de flexibilité offerts par la gestion privée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *