Marché de l’emploi : Ce que recommandent le HCP et la Banque mondiale

Marché de l’emploi : Ce que recommandent le HCP et la Banque mondiale

La création d’emplois n’arrive pas à absorber la croissance de la population en âge de travailler

Le HCP et la Banque mondiale appellent le gouvernement à investir dans les infrastructures et le capital humain et à concevoir des politiques régionales ou sectorielles visant à stimuler l’employabilité.

Le manque d’inclusion et la faiblesse de la création et de la qualité de l’emploi freinent toujours l’élan de l’employabilité au niveau national. Ces failles relevées par le HCP et la Banque mondiale dans l’étude visant à analyser les défis et opportunités du marché du travail au Maroc, sont les principales caractéristiques dont pâtissent à la fois travailleurs et entreprises. Le constat général démontre une participation faible des femmes et des jeunes. De même, la création d’emplois n’arrive toujours pas à absorber la croissance de la population en âge de travailler. Entre 2000 et 2014, la population en âge de travailler (15 ans et plus) a augmenté de 27,8% contre une croissance de 20,4% du nombre d’emplois sans oublier l’informalité qui est de plus en plus prépondérante. Autant de facteurs qui impactent l’émergence du Maroc.

C’est dans ce sens que le HCP et la Banque mondiale dressent des pistes d’amélioration des taux d’activité et d’emploi en vue de soutenir durablement le niveau de vie de la population. Parmi les recommandations énumérées, les deux institutions évoquent: une meilleure attractivité des structures économiques pour l’emploi de haute qualification ainsi que la mise en place de mécanismes institutionnels qui optimiseront la réallocation sectorielle des opportunités d’emploi. Le HCP et la Banque mondiale appellent le gouvernement dans leur étude à investir dans les infrastructures et le capital humain et à concevoir des politiques régionales ou sectorielles visant à stimuler l’employabilité. Les deux institutions invitent par ailleurs le gouvernement à améliorer et fluidifier le marché du travail à travers l’élaboration de politiques actives et un cadre législatif sécurisant. Rappelons que le taux de chômage s’est nettement réduit sur la période 1999-2016. Il a basculé à 9,4% en 2016 contre un taux de 13,8% en 1999. Toutefois, il reste un phénomène urbain qui touche essentiellement les jeunes diplômés et la gent féminine. La réduction du chômage a été observée en grande partie dans les zones urbaines. Dans les agglomérations, ce taux est passé de 22 à 13,9%. Dans les zones rurales, le taux reste limité à 4,2% en 2016, en baisse par rapport à 1999 où il se situait autour de 5,4%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *