Il tue l’amant de sa femme

Il tue l’amant de sa femme

Sa femme le trompait -t-il ? C’est la question douloureuse qui taraude depuis quelque temps l’esprit d’Ahmed. Est-il vraiment cocu ? Mais elle lui a réitéré son amour à maintes reprises. Son épouse fréquente-t-elle quelqu’un d’autre? Il ne le pense pas du moins pour le moment. Surtout que rien dans son attitude n’indique un quelconque changement.
De son côté, il est aux petits soins, l’entoure de son amour, tente de répondre à tous ses désirs et la traite comme la prunelle de ses yeux. En un mot, Ahmed est très amoureux de sa femme.
Mais pourquoi a-t-il  commencé à douter de la fidélité de son épouse?  S’agit-il d’un excès de jalousie?
En fait, tout a commencé lorsqu’il a surpris sa femme en train de parler sur son téléphone portable avec quelqu’un. Du coup, elle s’est montrée très perturbée et embarrassée. D’habitude, quand elle parle avec l’un des membres de sa famille, elle lui lance un sourire affectueux en lui indiquant qu’elle cause avec sa sœur ou sa mère.
Mais ce jour-là, elle a rapidement raccroché sans rien lui dire sur son correspondant au bout du fil. Mais Ahmed fait semblant de ne se douter de rien, décidé désormais à surveiller ses moindres faits et gestes.
Ayant senti que son mari la soupçonnait, elle devient à son tour  très prudente. Elle ne sortait de chez elle qu’une fois certaine que son mari se trouve bel et bien à son travail.
Les soupçons du mari  se renforcent à chaque fois qu’il ne la trouve pas à la maison. Ne voulant rien faire tant qu’il n’a pas la preuve de ce qu’il redoutait,  il a décidé de ne pas se mettre en  colère et de ne l’interroger même pas sur son emploi du temps. Parce que sa femme a toujours cette réponse à la bouche : « J’étais chez ma mère ».
Difficile de prouver sa culpabilité ou son innocence. Cette affaire commence vraiment à lui empoisonner la vie au point qu’il passe ses nuits à y réfléchir. Alors que sa femme est plongée dans un profond sommeil, il a eu l’idée de jeter un coup d’œil sur son téléphone portable. Dans son répertoire, il n’a découvert aucun prénom masculin à l’excepté de ceux de ses frères, ses beaux-frères et ses oncles. Toutefois, en consultant les messages reçus, il tombe sur  des mots d’amour du genre « Je t’aime mon grand amour », « Je pense à toi chérie ». «Je t’attends au jardin». Ahmed sent une colère sourde  s’emparer de lui. Ainsi elle a un amant !, se dit-il, furieux. Mais qui est l’auteur de  ces messages ? C’est ce qu’il va essayer de savoir rapidement.  Pour l’identifier, il a noté le numéro de son téléphone dans un bout de papier. Le lendemain, il  demande à une proche de composer le numéro. Au bout du fil, une voix masculine.
La jeune fille s’est faite passer pour une personne qui veut faire sa connaissance. Le rendez-vous est vite fixé. Le lendemain, ils se  rencontrent dans un café.
D’entrée de jeu, elle lui a avoué qu’elle était très jalouse lorsqu’elle l’a remarqué en compagnie d’une belle femme. L’homme est tombé dans le piège et lui a raconté toute l’histoire. Il lui a reconnu  entretenir une relation amoureuse avec Rabiaâ, la femme d’Ahmed. Il lui raconte alors les détails de cette relation :  les deux tourtereaux se rencontrent de temps en temps dans une chambre qu’il louait dans un quartier de la ville. Ainsi la jeune fille a réussi à avoir toutes les informations qu’elle a communiquées à Ahmed.  Depuis, ce dernier a décidé de suivre l’amant de sa femme, Khaled. Il veut se venger. 
Un jour, les deux tourtereaux, Khaled et Rabiaâ, sortent la main dans la main comme de jeunes fiancés. Soudain, Ahmed surgit tel un forcené et sans même articuler le moindre mot les prend à partie en brandissant un long couteau. Il  assène un coup violent à  Khaled à la nuque et un second au niveau de l’épaule de sa femme. Le jeune homme a succombé à ses blessures deux jours plus tard et la femme d’Ahmed a été traduite en compagnie de son mari devant la justice.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *