Vol dans une agence bancaire à Casablanca

Nous sommes au boulevard Ali Yata, au quartier Al Massira, Hay Mohammadi à Casablanca. Il était 9h30 du matin ce premier jour du mois de décembre. Les employés d’une agence bancaire étaient préoccupés avec leurs clients quand deux jeunes y sont entrés. Ils n’ont adressé la parole à personne. Ils sont allés directement s’asseoir sur deux chaises. Tout en gardant le silence, ils tournaient leurs regards à gauche et à droite. Tout d’un coup, un employé les a remarqués et s’est adressé à eux. «Qu’attendez-vous?», leur a-t-il demandé. L’un d’eux a pris l’initiative de répondre: «Nous attendons notre tante qui va venir rembourser une importante somme d’argent…». L’employé est aussitôt retourné à son bureau. Un quart d’heure est passé. Puis une demi-heure. Et la tante n’a pas donné signe de vie. Attendaient-ils vraiment leur tante? Cette fois-ci, c’est le chef de l’agence bancaire qui s’est adressé à eux et leur a demandé ce qu’ils attendaient. «Nous voulons ouvrir un compte», lui a répondu l’un d’eux. Le chef de l’agence leur a alors expliqué la procédure qu’ils doivent entreprendre, après quoi, il est retourné à son bureau. Mais, les deux jeunes hommes ne se sont pas adressés à l’employé chargé d’ouvrir les comptes aux nouveaux clients. Ils sont restés à leur place. Ni le chef ni les employés de l’agence ne se sont rendu compte. Tout d’un coup, une femme enceinte est entrée à l’agence et s’est adressée à une employée. Après une courte conversation, la femme enceinte est allée faire une photocopie de sa carte d’identité nationale. En retournant, elle a perdu connaissance et est tombée par terre. Le chef de l’agence, les autres employés de la banque et les clients qui s’y trouvaient voulaient l’aider à reprendre ses esprits. Seul le caissier est resté à sa place. À ce moment, l’un des deux jeunes s’est adressé à lui, le sollicitant d’aller chercher un verre d’eau. Le caissier est alors parti le chercher. Et l’un des deux jeunes a mis la main à la caisse pour soutirer une somme de 32.000 dirhams. Quand ils ont tenté de prendre la fuite, un client s’est jeté sur l’un d’eux. Le plus jeune des deux voyous a jeté la somme d’argent avant de s’enfuir en compagnie de son ami. Alertée, la police de Hay Mohammadi-Aïn Sebaâ s’est lancée à leurs trousses. Pas moins de quelques minutes plus tard, elle est arrivée à mettre la main sur l’un d’eux. L’autre demeure toujours en fuite. Soumis aux interrogatoires, le voyou, qui a été arrêté, a expliqué aux enquêteurs avoir rencontré son ami vers 9h du matin. Chacun d’eux avait  avalé huit comprimés psychotropes avant de décider de braquer l’agence bancaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *