La digitalisation est essentielle pour accompagner avec succès la croissance des économies émergentes d’Afrique

La digitalisation est essentielle pour accompagner avec succès la croissance des économies émergentes d’Afrique

Le monde tel que nous le connaissons est en train de changer de manière radicale grâce à la technologie. Cette dernière représente non seulement un puissant accélérateur de développement, mais également un outil destiné à redéfinir de manière profonde les emplois et les compétences, tout en remodelant les industries.

Par Habib Mahakian (*)

La technologie a énormément évolué, et nous aussi. La façon dont nous vivons, travaillons et communiquons les uns avec les autres a radicalement changé. Ce nouveau rapport que nous avons désormais établi avec la technologie signifie qu’au cours de la prochaine décennie, tout sera en lien avec le numérique. D’ailleurs, toute entreprise prospère devra implémenter le digital dans tous ses process.

Compte tenu de la portée de la technologie numérique et des changements qu’elle promet, les entreprises de toute l’Afrique émergente sont aujourd’hui en train de travailler très dur afin de devenir des entreprises numériques. Certaines d’entre elles réussissent facilement à s’engager dans l’avenir car elles ont moins de défis à relever en termes d’héritage, à l’heure où d’autres courent toujours autant le risque d’être laissées pour compte.

Aujourd’hui, la transformation numérique n’est plus un luxe ou un bienfait ; elle est devenue une nécessité. Plus précisément, la numérisation constitue aujourd’hui le pilier qui stimule la croissance et qui façonne le succès et la croissance futurs des économies du continent. Par exemple, le gouvernement marocain a mis en place un nouvel ensemble de politiques et de réformes dans le cadre de sa stratégie Maroc Digital 2020, qui vise à faire en sorte que le pays se positionne comme une économie numérique destinée à promouvoir l’utilisation efficace de la technologie et l’accès aux technologies dans divers secteurs.

Dans le même sillage, des pays d’Afrique de l’Est, de l’Ouest et du Centre, tels que le Nigeria, le Kenya ou la Côte d’Ivoire, prévoient d’accélérer l’adoption de technologies avancées afin de stimuler davantage l’inclusion économique et sociale.

Si l’importance de la numérisation et du développement de l’économie numérique ne saurait être surestimée, il est également important de reconnaître que cette transformation ne pourra se produire que si tous les obstacles à la croissance se trouvent réduits, voire totalement éliminés. Certains pays d’Afrique sont beaucoup plus complexes que nous ne le pensons et sont toujours en train de travailler à relever certains défis qui pourraient nous sembler sommaires, à l’instar des politiques de réglementation, ou encore du manque d’infrastructures ou de l’accès à l’électricité, au téléphone et à l’Internet. Par exemple, l’accès à une bande passante fiable et de haute qualité représente un facteur essentiel pour faire profiter les entreprises des avantages de la technologie et, par conséquent, l’investissement dans l’infrastructure des télécommunications devient essentiel pour aider un pays à devenir une économie numérique.

La croissance démographique du continent et le manque d’infrastructures technologiques peuvent être rapidement surpassés si les pays savent comment tirer le meilleur profit des nouvelles technologies et les utiliser pour effectuer un bond en avant. Selon le Fonds monétaire international, l’économie numérique dans certains pays africains représente déjà plus de 5% du Produit intérieur brut (PIB). Ce chiffre pourrait être amené à croître de manière exponentielle, passant carrément à 20 % si les pays savent comment exploiter tout le potentiel économique lié à la technologie numérique.

La numérisation stimule également le développement de nouvelles industries telles que le commerce électronique, les services financiers mobiles, l’IdO et le cloud computing. Celles-ci contribuent au PIB national de multiples manières, tout en favorisant la croissance des industries connexes telles que la logistique, l’infrastructure et les paiements.

Ces possibilités ne se limitent pas seulement à l’industrie des TIC, mais elles perturbent également les industries traditionnelles afin d’améliorer la vitesse des transactions, d’en réduire les coûts et d’assurer une meilleure qualité de prestations. A titre d’exemple, le secteur bancaire et financier en Afrique continue d’évoluer et de se transformer grâce à l’arrivée d’une multitude de banques numériques qui contribuent fortement à favoriser l’inclusion financière. Il en résulte une amélioration de la productivité et de la compétitivité d’un pays, mais aussi une baisse des taux de chômage, un accès accru des citoyens aux services technologiques et la création d’emplois mieux rémunérés et à plus fort impact.

Par conséquent, ce que les organisations et les gouvernements se doivent de comprendre, c’est que la transformation numérique ne représente pas une destination, mais prend surtout la forme d’un voyage qui ne s’arrête jamais. Si les bonnes infrastructures, les bonnes politiques et la bonne connectivité sont mises en place, les entreprises connaîtront une expansion sans pareil, tandis que de nombreux emplois seront créés et la diversification économique s’accélérera, favorisant ainsi la croissance, mais aussi l’inclusion et l’amélioration des expériences des citoyens.

On retrouve également un autre aspect de la numérisation qui est d’une importance cruciale et qui consiste en l’utilisation de la technologie dans le but de parvenir à transformer les sociétés. Toutes les économies et tous les pays du monde et d’Afrique sont à la recherche de compétences et de talents dans le domaine de la technologie afin de réussir leur arrimage dans le monde numérique. Nous devons donc permettre aux jeunes de conduire l’avenir numérique, d’utiliser la technologie afin d’accélérer l’égalité face à l’emploi, d’autonomiser la diversité des genres et de défendre l’accès aux opportunités pour tout le monde. En cultivant l’inclusion, nous stimulons l’innovation et la capacité de prospérer et de progresser.

En résumé

Le secteur numérique dans la région de l’Afrique émergente est sur le point de connaître un développement sans précédent, sous la formidable impulsion des gouvernements qui sont majoritairement en faveur de la transformation numérique. Le but ultime de cette transformation est d’améliorer l’expérience des citoyens et de stimuler la croissance économique. Les programmes de transformation numérique qui sont aujourd’hui déployés reflètent les efforts consentis par les gouvernements dans le but de généraliser l’accès à l’Internet.

Mais pour réussir à percer au sein de l’économie numérique, les secteurs public et privé devraient travailler ensemble tout en s’assurant que l’infrastructure, mais aussi que les principes politiques clés et que des cadres réglementaires ont été mis en place dans le but d’édifier un écosystème d’innovation.

Il ne fait aucun doute que la technologie réussit à modifier nos différentes manières de travailler, de vivre et de jouer ; cette tendance ne fera d’ailleurs que s’accentuer à l’avenir. Nous devrions être enthousiasmés par le pouvoir et par le potentiel que nous offre la technologie et qui nous permet de changer nos vies, tout en nous aidant à aller au-delà des inefficacités et à évoluer vers une prospérité totalement inclusive.

Un nouveau chapitre du progrès humain, entièrement axé sur la technologie, est désormais à notre portée. Il n’attend qu’une seule chose: être ouvert. Tout est finalement une question de choix: voulons-nous attendre et prendre du retard, ou bien voulons-nous être au diapason du développement numérique et faire partie des futures économies émergentes ?

(*) Vice-président, Afrique émergente

auprès de Dell Technologies

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *