Amr Moussa : «Le Maroc poursuit son dynamisme et sa prospérité à tous les niveaux»

Amr Moussa : «Le Maroc poursuit son dynamisme et sa prospérité à tous les niveaux»

Entretien avec Amr Moussa, ancien président de la Ligue arabe

Les choses ont changé. Nous ne craignons plus les invasions militaires comme c’était le cas au courant du vingtième siècle, mais le phénomène du terrorisme qui menace la sécurité de nos territoires respectifs.

ALM : Vous venez de dire lors de votre intervention dans le cadre des travaux de MEDays 2017 que l’unité africaine ne peut à elle seule aider le continent à rattraper son retard en matière de développement. Comment expliquez-vous cela ?

Amr Moussa : Les pays d’Afrique ont besoin en réalité de se rassembler autour de grands projets structurants à même de les rapprocher les uns des autres. Ils manquent d’un véritable réseau de liaisons liées au transport, permettant de faciliter à titre d’exemple la circulation et l’accès des bateaux et trains dans les ports ou gares ferroviaires africains. Nous devons ainsi penser à mettre en place des plans communs dans le tourisme, le commerce ou via la création des zones d’activités économiques chacun dans son territoire. Nous avons ainsi besoin des grands projets visant l’intérêt général pour tous les pays. Ils vont aussi profiter aux simples citoyens en les aidant à améliorer leurs conditions de vie.

A votre avis, les pays africains peuvent-ils préserver leurs intérêts économiques et leur sécurité face à la recrudescence du terrorisme dans certaines régions d’Afrique ?

Le développement de l’Afrique ne se fait pas seulement au sein des coalitions, mais aussi au niveau de l’évolution et de la croissance de chaque pays. Chacun d’eux doit avoir ses propres infrastructures et plans dans ses relations économiques avec les autres pays voisins et amis africains. 

Les choses ont changé. Nous ne craignons plus les invasions militaires comme c’était le cas au courant du vingtième siècle, mais le phénomène du terrorisme qui menace la sécurité de nos territoires respectifs. Nous sommes conscients de la gravité de la situation face à la recrudescence de ce phénomène dans certains pays tels que la Somalie et ceux de l’Est et Ouest de l’Afrique.

Comment voyez-vous dans ce contexte le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine ?

Ce retour est très important et constitue un droit pour le Maroc comme pays africain et membre fondateur de cet organisme. Il regagne ainsi sa place de 55ème membre de l’Union Africaine. Le Maroc – qui poursuit son dynamisme et sa prospérité à tous les niveaux – fait preuve de sa bonne volonté d’aider à profiter de son expérience les autres pays africains.

Comment voyez-vous l’avenir du Moyen-Orient, suite au regain de tension entre l’Arabie Saoudite et l’Iran et le Liban ?

En réalité, nous avons en tant que pays arabes commis au cours de ces dix dernières années certaines erreurs dans la gestion de nos affaires et avons contribué en quelque sorte à ce qui nous arrive actuellement. Nous espérons que nous allons réussir à faire revenir, grâce à la solidarité arabe, la stabilité et arrêter l’ingérence extérieure dans région pour l’intérêt général.

Quid de la Ligue arabe et de son rôle dans la résolution de ces tensions ?

La Ligue arabe reflète la situation dramatique et triste de la plupart des pays arabes. Nous devons tous réagir et penser à la mise en place d’un nouveau système arabe pour pouvoir faire face au regain de tension dans le monde arabe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *