16 mai : le festival de la tolérance

"Non au terrorisme… Oui à la vie" est le thème retenu pour diverses manifestations que connaîtront les villes marocaines, les 13 et 14 mai 2006, en commémoration du troisième anniversaire des attentats terroristes du 16 mai 2003. Ces manifestations, comme c’est devenu une tradition depuis que la haine aveugle a endeuillé Casablanca, sont organisées par le secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse (SECJ) qui informe, via un communiqué que lesdites manifestations auront lieu dans tous les établissements relevant de ce département et les places publiques de plusieurs villes du Royaume. Il s’agit, précise une source au SECJ, d’activités artistiques, culturelles et éducatives pour renforcer les valeurs de la démocratie, de la tolérance, du dialogue et de l’amour du Maroc face aux théories destructrices, obscurantistes et totalitaristes. Ces activités se poursuivront, mardi 16 mai 2006, par l’observation d’une minute de silence à la mémoire des dizaines de victimes des attentats de Casablanca.
La métropole, elle, abritera un festival national qui sera organisé à la place Nevada (Avenue Hassan II) avec la participation d’une trentaine de troupes musicales en plus de tableaux artistiques et de pièces de théâtre adaptées au thème de la tolérance.
Selon le SECJ, ces activités sont organisées à Casablanca avec la participation de plus d’une dizaine d’associations et sont ouvertes à toutes les ONGs oeuvrant dans le domaine de l’éducation et partageant les valeurs de tolérance et de cohabitation. L’association des victimes et familles des victimes des attentats du 16 mai 2003 est également partenaire du SECJ dans l’organisation de ces manifestations.
Casablanca connaîtra d’ailleurs une manifestation, mardi prochain, devant la stèle commémorative des attentats du 16 mai 2003.
Depuis cette date, le département de Mohamed El Gahs s’est engagé dans une série d’activités pour la promotion des valeurs de démocratie et de tolérance. Il s’est notamment illustré l’année dernière par l’organisation d’un festival national à la Casablancaise.
Récemment, le SECJ a mis en place un Institut national de la jeunesse et de la démocratie. Cet institut se met d’abord au service des jeunes et de la démocratie pour renforcer le rôle des premiers dans la consécration des choix du Maroc. Selon le SECJ, ce centre sera dédié à l’éducation à la démocratie, ses valeurs et ses institutions comme consécration évoluée de l’option démocratique du Royaume. Des accords et conventions ont été signés, mercredi 10 mai 2006, dans ce sens, avec plusieurs organisations nationales.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *