174 ha de surfaces forestières perdus à Tanger-Asilah : Nécessité de prévenir les incendies de forêts

174 ha de surfaces forestières perdus à Tanger-Asilah : Nécessité de prévenir  les incendies de forêts

La région Tanger-Tétouan vient de subir un nombre important d’incendies forestiers, avec près de 70 départs de feu de forêt enregistrés ces dernières semaines. A cet effet, les acteurs politiques et ceux de la société civile de Tanger appellent à mettre les bouchées doubles en matière de protection des forêts. Grâce à des visites de terrain effectuées dernièrement par des membres de la coordination de protection de l’environnement et des espaces verts de Tanger et en se basant sur des données fournies par les services compétents, «la coordination a dénombré près de 70 cas d’incendies, dont 34 ont été déclenchés dans la préfecture Tanger-Asilah, ayant ravagé 174 ha de surfaces forestières», selon un communiqué émis par la coordination.  
Le même communiqué poursuit que les responsables, les élus et la société civile sont appelés à réagir pour la préservation des forêts, qui se sont constituées il y a des milliers d’années et représentent, depuis, une bouffée d’oxygène pour la région. Les responsables de la coordination dénoncent et condamnent, de ce fait, et à travers ce communiqué, les actes criminels qui ont été à l’origine de la disparition de grandes surfaces de forêts. Ils encouragent à plus de rigueur envers les personnes incriminées, qui sont poursuivies dans les affaires d’incendies des espaces forestiers. «La coordination appelle ainsi les autorités compétentes à accorder à ce dossier l’intérêt qu’il mérite à travers le renforcement des moyens humains et matériels consacrés à la protection des forêts, avec évidemment l’urgente nécessité de recourir notamment aux techniques et aux outils modernes et efficaces dans la lutte contre les incendies», affirment-ils.
Il est à rappeler que 70 départs de feu de forêt ont été enregistrés ces dernières semaines dans la région dont les espaces forestiers de Rahrh, Aïn El Housn, Zemij, Jbel Hajam ainsi que la forêt diplomatique. Ces incendies sont souvent d’origine criminelle, «du fait que les incendies sont déclenchés durant les premières heures du matin dans plusieurs zones en même temps et d’une manière coordonnée», affirme le même communiqué.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *