6.000 postes d’emploi disponibles à Laâyoune

Le wali s’est dit optimiste sur la réduction du chômage durant les prochaines années. Et A.Guerraoui d’ajouter dans une interview à la radio régionale de Laâyoune diffusée mardi soir, que cet espoir est basé sur les opportunités offertes pour le secteur de l’emploi dans plusieurs activités, en particulier dans le secteur de la pêche. Concernant ce secteur, il a souligné que les six villages de pêcheurs, prévus dans la province de Laâyoune, accueilleront dans les prochaines années une population et une main d’oeuvre d’environ 6.000 personnes, avec tout ce que cela entraîne comme activités dans les communes rurales. Notamment la création de coopératives avicoles et de chèvres laitières, en partenariat avec la fondation Mohammed V pour la solidarité, au profit des femmes rurales. Au sujet de l’emploi des femmes, le wali a indiqué que la plus grande part des opportunités offertes dans les autres secteurs sera destinée aux femmes.
Concernant les opportunités d’investissements dans la région, dont le port de Laâyoune constitue le plus important site de pêche dans le royaume, le wali a précisé qu’en plus du secteur halieutique, il existe d’autres secteurs porteurs comme les mines, le tourisme, l’habitat et l’élevage. Il a précisé que le nombre des demandeurs d’emploi dans la pêche dépasse les postes disponibles, appelant, à ce propos, à l’adéquation de la formation avec les exigences de l’emploi dans ce secteur, conformément aux dispositions de la convention liant la wilaya au département des pêches maritimes et visant la promotion de la pêche artisanale au même titre que l’emploi, à travers la formation-insertion des jeunes. Effectivement, le mois dernier, une convention a été signée entre la wilaya de Laâyoune et le ministère des pêches maritimes. En vertu de laquelle 2000 emplois seront créés chaque année (sur une période de trois ans), en plus de ceux qui seront assurés par l’office national de l’électricité, la société « Phosboucraâ », le département de l’équipement et dans d’autres secteurs, dans le cadre d’opérations d’auto-emploi et de création de micro-entreprises. Sur un autre plan, le wali a indiqué que les opérations d’investissement en infrastructures de base réalisées dans la région durant les 25 dernières années, ont atteint le montant de 10 milliards de dirhams, se félicitant du fait que la région dispose d’infrastructures dépassant la moyenne nationale, notamment l’eau potable, le secteur portuaire et le réseau routier.
Les projets de développement, présentés à SM le Roi Mohammed VI lors de sa visite historique à Laâyoune en novembre dernier, sont de l’ordre de 2,3 milliards de dirhams, rappelle A.Guerraoui, tout en soulignant que la réalisation de ces projets, dans 12 à 18 mois, contribuera au renforcement des infrastructures déjà existantes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *