A bout de nerfs…

Pourquoi un couple rêve-t-il de vivre sous un même toit, et une fois qu’il y parvient, au bout d’un certain temps, c’est le désaccord, le désamour ? Mohamed a rêvé d’être, pour toujours, près de Fatima. Il l’aimait follement. Au point qu’il n’a jamais imaginé de vivre sans elle. Il la considérait comme toute sa vie, ses rêves, sa passion, son idole.
Mohamed a vu le jour dans les années 50 à Marrakech. Il était fils unique enfant. Autant dire le rêve de ses parents, leur avenir. Seulement, ils n’ont pas pu se douter que leurs querelles quotidiennes déteindraient sur Mohamed. Ce dernier n’a pu, en conséquence, poursuivre ses études. Il a quitté les rangs de l’école à la cinquième année de l’enseignement fondamental.
Ses parents sont préoccupés par leurs disputes, leurs querelles sans fin. Mohamed se réfugie dans la rue, dans la flânerie et le vagabondage. Personne ne s’intéresse à lui, ne prend soin de lui. Il est livré à lui même. Il commence à se débrouiller, à vendre des cigarettes au détail ou des petits articles artisanaux.
Mohamed n’oubliera jamais ce jour de 1960, lorsqu’il est retourné chez lui. Il n’est qu’à son dixième printemps. Il a cherché sa mère dans les deux chambres de leur domicile, à la cuisine, aux toilettes.
Mais elle ne s’y trouve pas, elle n’est plus là. Son père le scrute attentivement, s’approche de lui et balbutie : « …Ta mère ne veut plus de toi…Elle est retournée définitivement chez ses parents…Je l’ai répudiée, mon enfant…Tu resteras avec moi parce qu’elle ne veut plus de toi… ». Mohamed éclate en sanglots, il ne comprend rien. « Ma mère le déteste-t-elle ? », s’interroge-t-il. Les jours se suivent et la situation de Mohamed se dégrade. Son père ne veut plus rester dans la ville ocre. Quelqu’un de ses amis lui a demandé de le rejoindre au douar Lahlaybia, commune El Majatéa Ouled Taleb, Médiouna, pour gagner sa vie. Mohamed affronte une autre vie, commence à aider son père, marchand ambulant. Au fil du temps, l’enfant grandit, travaille dans l’un des carrières, tombe amoureux d’une fille, Fatima, dix-huit ans. Ils se sont mariés. Seulement leur vie s’est transformée en un enfer après le premier enfant. Pourquoi ? Fatima ne plus supporter la vie amère qu’elle mène avec son mari, la misère, la pauvreté. Elle rêvait vivre dans l’aisance. Mais elle savait qu’il travaillait dans les carrières et qu’il touchait un salaire dérisoire ! Et pourtant, Mohamed tente de préserver son foyer d’un tel effondrement. À chaque fois, Fatima retourne chez ses parents. Son frère, Hamza, la soutient, il ne comprend pas qu’ainsi, il contribue à la destruction d’une famille. Lorsque Mohamed se rend chez elle pour lui demander de retourner à son foyer, Hamza le chasse, le maltraite par des coups et des injures. Mohamed supporte cette humiliation, ne réagit pas…Il aime follement sa femme. Il ne pense pas rester loin d’elle. La deuxième année, la troisième, la quatrième…et la huitième année. Mohamed et Fatima ont trois enfants. Mais les querelles se suivent. Même les trois enfants ne sont pas un motif d’encouragement pour Fatima à rester dans son foyer.
À chaque fois, elle retourne au foyer paternel. Et toujours soutenue par son frère, Hamza. Le jour J arrive. Mohamed vient pour demander à sa femme de revenir. Il la trouve près de la fontaine. Il commence à lui parler. Elle commence à l’insulter, à l’injurier…Mohamed la saisit par la main. Aussitôt, Hamza arrive et il lui assène un coup de poing.
A bout de nerfs, Mohamed tire un couteau de la poche de sa veste et lui assène un coup mortel. Il est conduit devant la justice. La Chambre Criminelle près la Cour d’Appel l’a condamné à quinze ans de réclusion criminelle. Et comme il était victime de divorce de ses parents, ses trois enfants le seront également.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *