Abdelkarim Benatiq : «Nous serons partie prenante dans les prochaines élections»

Abdelkarim Benatiq : «Nous serons partie prenante dans les prochaines élections»

ALM : Comment le Parti travailliste se prépare pour les élections ?
Abdelkarim Benatiq : On a commencé très tôt la préparation pour les élections communales. L’on est actuellement à la quatrième phase de préparation. Durant la première phase nous avons tenu à mobiliser toutes les structures de notre parti. Nous avons en plus organisé une tournée nationale dans tous les points importants de positionnement de notre parti. Durant la seconde étape, nous avons tenu une réunion au niveau de notre Conseil élargi consacrée à étudier la manière avec laquelle nous allons aborder les élections et nous avons arrêté les critères de choix de nos candidats. Pendant trois mois, nos responsables ont préparé une carte de présence et de potentialité. Cette carte représente pour nous un tableau d’orientation. Nous avons une commission qui travaille en permanence avec toutes nos structures qui mettent les dernières retouches sur les listes des candidats. Notre Commission nationale élargie va se réunir le 2 mai pour valider les listes. Nous avons une autre commission consacrée aux femmes. Cette commission, issue de notre dernier forum qui a réuni 500 femmes, est chargée de mobiliser les femmes travaillistes ainsi que les femmes qui n’ont pas d’appartenance politique mais qui ont une proximité avec la population sur le terrain. En plus, nous avons une commission qui travaille sur la ville de Casablanca.

Quels sont vos objectifs pour les prochaines échéances ?
Certes, nous serons partie prenante dans les prochaines élections. Nous pensons que les élections de 2009 est une première étape vers celles de 2012.  Je vous rappelle qu’après les élections de 2007 nous avons eu 3,8%. C’est un très bon score pour un jeune parti qui avait 18 mois d’existence avant les élections et nous avons gagné 5 sièges, mais l’administration nous a fait perdre 7 autres.
Après les élections de juin prochain, le Parti travailliste souhaite se positionner sur la scène politique alors qu’après les élections de 2012 nous aurons certainement notre groupe parlementaire. Pour l’instant et pour les élections qui s’annoncent, je vous garantis que nous serons présents dans les grandes villes, nous allons gérer certaines villes moyennes et au niveau des petites villes notre présence sera très forte.

Le Parti travailliste ira-t-il seul aux élections ou alors vous envisagez des alliances ?
Au départ, nous avons souhaité s’allier au niveau national avec les partis de la gauche. Malheureusement cela n’a pas été le cas en raison notamment des calculs politiciennes de certains partis politiques. Actuellement nous avons accordé la prérogative à tous nos candidats pour les élections communales de s’allier au niveau local avec les listes de la gauche.

Quels sont à votre avis les enjeux des prochaines élections communales ?
Tout d’abord, je pense que le principal enjeu c’est qu’on mobilise les citoyens pour participer massivement aux élections. En deuxième lieu, nous espérons une rupture avec certaines pratiques du passé, à savoir l’usage de moyens frauduleux sinon les gens ne seront plus motivés.
Nous souhaitons instaurer la vraie compétition politique, c’est-à-dire projet contre projet.
Mais malheureusement les notables continuent de fausser le jeu ce qui démobilise la société.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *