Adultère : flagrant délit dans un parking

Une relation extra-conjugale entre Rachid et Najat a pris fin ce mois-ci de la manière la plus scandaleuse. Ce moment sera marqué d’une pierre noire pour ces deux protagonistes dont les ménages ont irréversiblement été détruits, sans parler de leur réputation ternie, ni même de la perte de leur emploi. Najat est une femme mariée,38 ans, mère de 3 enfants en bas âge et employée dans une usine de confection de vêtements à la cité industrielle de Jbel Raissi. Sa connaissance avec Rachid, père de 2 enfants, 45 ans, chef-cuisinier dans une taverne à Hay El Farah, remonte à l’époque de leur fougueuse adolescence. Une tranche de vie qui est restée gravée dans leur mémoire comme un visage taillé dans la pierre. Ils escomptaient de bons projets pour leur liaison passionnelle et se promettaient une vie à deux faite de bonheur et d’harmonie même s’ils devaient vivre d’amour et d’eau fraîche jusqu’à la tombe. Toutefois, ce rêve enchanteur se brisa sur le récif des décisions autoritaires de leurs familles respectives, habilitées par mentalité réactionnaire à choisir le parti qu’elles jugeaient convenable à l’un de leurs rejetons. Finalement, chacun d’eux s’était marié à la traditionnelle et fondait un foyer dont ils n’avaient pas grande conviction, étant dépourvu de chaleur et de complicité, celle qui caractérise les couples cohabitant en bonne intelligence. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts avant qu’ils ne rencontrent de nouveau dans des circonstances matrimoniales somme toute similaires. C’était pendant les vacances estivales de l’année 98 au camping de Moulay Bousselham, croisés par pure coïncidence dans un café de la place. Au début de cette entrevue, ils se contentent d’échanger des regards chargés de nostalgie en rappel du bon souvenir d’un passé truffé d’aventures joyeuses. Tout compte fait, en passant près d’elle, le petit ami d’autrefois glisse astucieusement un bout de papier entre ses pieds où il est fait mention de son numéro de téléphone personnel joint à une prière insistante de le contacter. Sa présence avec sa famille a dû l’empêcher d’entreprendre quoi que ce soit, attendant le moment idoine pour contacter sans encourir aucun risque ou attirer le moindre soupçon à son égard. De retour au bercail, Najat tout à ses souvenirs de jeunesse songe à ranimer sa passion avec Rachid étant donné l’indifférence totale de son époux envers ses devoirs conjugaux. Rachid se trouve ainsi aux anges à l’idée de la reprendre dans ses bras. Désormais c’est chose faite. Les rencontres se poursuivent alors dans le secret le plus absolu pendant de longues années jusqu’au jour de l’esclandre. Normalement, ils fréquentent la chambre d’un proche parent de l’amant en question qui la leur cède volontiers pour donner libre cours à leurs ébats. Seulement, cette nuit du mois de novembre, celui qui portait la chandelle à leurs veillées amoureuses est apparemment introuvable. Et les deux amants décident donc de passer quelques instants intimes dans le véhicule de Rachid stationné dans un parking à Hay El Farah sans présager le moindre contretemps. Le gardien qui faisait sa ronde nocturne, en apercevant des mouvements indistincts, croyait au vol opéré dans une voiture par des malfrats. Aussitôt, il alerte la police qui débarque à l’endroit vite fait. Rachid et Najat sont surpris en flagrant délit de court en train de s’adonner à leur sport favori. Leur tentative de soudoyer les agents dans l’espoir de passer l’éponge tombe à plat. Ils ont été présentés au tribunal de première instance de Rabat pour adultère.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *