Agadir : Rififi autour de 80 millions de centimes

Agadir : Rififi autour de 80 millions de centimes

Une campagne médicale censée être gratuite aurait coûté cette somme

Une véritable polémique s’est déclenchée à Agadir suite aux déclarations de Saleh El-Malouki, président du conseil communal, relatives à une campagne médicale initiée par l’Association marocaine Enaya pour la coopération et le développement au profit des journaliers relevant de la commune urbaine d’Agadir.

A l’origine de cette polémique une publication sur Facebook attribuée à Saleh El-Malouki dans laquelle il affirme que cette campagne organisée le 13 mai dernier a coûté plus de 80 millions de centimes. Sauf que l’association en question est montée en créneau pour démentir les affirmations de M. El-Malouki, tout en mettant l’accent sur le caractère gratuit de cette opération à caractère humain, qui fait partie de son plan d’action annuel.

Dans un communiqué virulent, l’association dit «avoir appris avec étonnement les déclarations de Saleh El-Malouki, président du conseil communal d’Agadir,  selon qui 800.000 dirhams ont été alloués à la campagne médicale organisée en partenariat avec l’association le 13 mai au profit de 800 journaliers et leurs familles, alors que ladite campagne a été gratuite à 100%».

L’association souligne que «ces déclarations sont infondées et mensongères, et vont à l’encontre des principes de l’association qui prend en charge depuis plusieurs années toutes les dépenses liées à ses activités destinées aux  tranches précaires de la population locale, et qui connaissent la mobilisation d’un corps médical et paramédical volontaire».

Pour elle, «les médicaments ont été offerts gratuitement aux bénéficiaires de la campagne et ont été assurés par l’association et ses partenaires permanents, qui les fournissent lors de chaque activité, et prennent également en charge les frais des tests médicaux postérieurs».

Via  ce communiqué, l’association «regrette  l’inexactitude des déclarations du président du conseil communal, et rejette toute tentative de son implication dans des enchères partisanes et calculs politiques étroits».

Suite à cette sortie médiatique d’Enaya pour éclairer l’opinion publique sur les tenants et les aboutissants de cette affaire qui a suscité l’attention des Gardiris sur les réseaux sociaux, M. El-Malouki s’est contenté de rectifier sa publication initiale à l’origine de la polémique en supprimant les 80 millions de centimes, tout en les remplaçant par la somme de 15 mille dirhams relatifs cette fois aux frais de nourriture.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *