Alger proteste auprès de Paris contre une affiche du FN

Alger proteste auprès de Paris contre une affiche du FN

L’Algérie a protesté «officiellement» auprès de la France contre une affiche qui met «à genoux» ses symboles placardés par le Front national dans le cadre de sa campagne pour les élections régionales, a indiqué, lundi, le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci. «Nous avons protesté officiellement et c’est à l’État français de prendre les dispositions qui s’imposent lorsque des symboles de pays étrangers sont mis à genoux», a déclaré M. Medelci en marge d’une cérémonie présidée par le président Abdelaziz Bouteflika, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, selon l’agence APS. L’affiche du Front national (extrême droite) représente une femme intégralement voilée à côté d’une carte de France recouverte du drapeau algérien sur laquelle se dressent des minarets en forme de missiles, avec en titre «non à l’islamisme».  «Je n’ai pas besoin de dire aujourd’hui que des comportements de ce type sont condamnables, qu’il s’agisse de la France ou d’autres pays. Nous devons respecter les symboles des uns et des autres. C’est la position de notre pays et nous ferons en sorte qu’elle soit respectée chez nous», a ajouté M. Medelci. Le leader de l’extrême droite en France, Jean-Marie Le Pen, a comparu vendredi devant la justice française sur assignation d’une association de lutte contre le racisme réclamant le retrait d’une affiche électorale qu’elle juge «anti-musulmans». M. Le Pen a comparu en référé devant le tribunal de grande instance de Marseille (sud de la France) sur assignation de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra). La décision devrait être rendue lundi. Cette affiche constitue «un trouble manifestement illicite à l’ordre public», parce qu’elle «stigmatise une communauté» à laquelle on fait courir «un risque», a estimé l’avocat de la Licra, Me Michel Pezet. «C’est une provocation», a-t-il poursuivi, dénonçant des «caricatures qui disent que les gens ne pourront pas vivre ensemble». L’affiche, diffusée par le mouvement jeunesse du Front national (FN), parti de M. Le Pen, a été placardée notamment en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (sud-est) où ce dernier fait campagne pour les élections régionales des 14 et 21 mars. «Cette affiche n’attaque en aucun cas l’Islam et les musulmans mais les islamistes», a répliqué l’avocat du FN, Me Wallerand de Saint-Just. Interrogé à l’issue de l’audience, Jean-Marie Le Pen, 81 ans, a rétorqué que «cette affiche (était) claire». «Elle dénonce l’islamisme et pas l’Islam (…) et l’importation de cet islamisme», a-t-il dit. Cette affiche fait déjà l’objet d’une plainte depuis Genève, non pour racisme mais pour violation de la propriété intellectuelle, de la part du concepteur suisse de l’affiche pour le oui au récent référendum anti-minarets car il s’estime plagié.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *