Alioua préside la présentation d’un programme de l’UE

Le programme doté d’un budget global de 17,5 milliards d’euros et qui constitue le principal instrument de soutien à la coopération des universités et des entreprises européennes dans le domaine de la recherche et du développement a été présenté par Mme Kayanamidou et Claude Belle Main de la direction générale chargée de la recherche au sein de la commission de l’Union européenne.
Les fonds de recherche seront alloués par voie d’appels à propositions aux meilleurs projets de recherche en génomique et biotechnologie, technologie de l’information, nonotechnologies et nonosciences, aéronotique et espace, qualité et sûreté alimentaires, développement durable et citoyenneté et gouvernance dans une société de la connaissance. D’importants moyens financiers sont prévus pour la réalisation des objectifs de ce 6-ème PCR, à savoir l’encouragement à la mobilité et à la formation continue des chercheurs en Europe, le soutien aux infrastructures de recherche d’importance europèenne, le renforcement de la coordination, l’ouverture mutuelle des programmes de recherche nationaux et le financement de projets de coopération. Les priorités définies par ce programme constituent autant de champs prometteurs dans le cadre de l’économie et de la société de la connaissance.
Le budget réservé aux projets de coopération dans le cadre de ce programme est de 6 millions d’euros. Une partie de cette enveloppe, soit 285 millions, est réservée à la participation des pays tiers aux sept domaines thématiques prioritaires mentionnés. L’autre partie, soit 315 millions d’euros, est consacrée à des coopérations spécifiques à quatre groupes de régions qui sont la Russie et les autres pays indépendants, les pays méditerranéens dont le Maroc, les pays de la partie ouest des Balkans et les pays d’Amérique et d’Asie.
La coopération spécifique se fera sur des thématiques prioritaires identifiées par les deux parties. Pour la zone méditerranéenne, 4 thématiques prioritaires ont été arrêtées: l’eau, la santé, le patrimoine culturel et les énergies renouvelables (enveloppe d’environ 60 millions d’euros).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *