Allégations de certains médias espagnols publics : Un démenti catégorique du gouvernement

Allégations de certains médias espagnols publics : Un démenti catégorique du gouvernement

C’est par «un démenti catégorique» que le gouvernement marocain s’est opposé aux informations propagées par certains médias publics espagnols, notamment la télévision publique Canal 24 Horas, ainsi que d’autres supports de presse concernant des allégations infondées relatives au fait que le Maroc aurait déployé des troupes des Forces armées royales stationnées dans nos provinces du Sud vers Casablanca et Rabat, et ce en prévision de supposées manifestations éventuelles. C’est ce qu’a affirmé le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri, lors d’un point de presse, dimanche 30 janvier, à Rabat. Exprimant «l’indignation» par laquelle le gouvernement marocain a accueilli ces fausses informations M. Naciri a qualifié leur propagation comme «un comportement non professionnel et totalement étranger aux règles et à la déontologie d’un exercice médiatique sain». «Il s’agit là d’une extension naturelle des méthodes de travail utilisées par certains médias couvrant l’actualité marocaine, et qui ont atteint leur paroxysme dans l’agressivité, la haine et la falsification de la vérité», a souligné le porte- parole du gouvernement, rappelant l’attitude des médias espagnols lors de la couverture de l’affaire du campement de Gdim Izik à Laâyoune, ainsi que les mensonges et allégations ayant accompagné la couverture de son démantèlement. Par ailleurs, M. Naciri a indiqué que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a convoqué, dimanche 30 janvier, l’ambassadeur du Royaume d’Espagne à Rabat et a eu un entretien avec son homologue espagnole, et ce «dans le but de transmettre au gouvernement espagnol l’indignation du Maroc face à ces agissements irresponsables». Et d’ajouter : «De même, M. le ministre de l’Intérieur en a-t-il informé M. le ministre de l’Intérieur du gouvernement espagnol, attirant leur attention sur la gravité de la perpétuation de ces dérapages médiatiques à répétition». Selon le porte-parole du gouvernement, le comportement d’un certain nombre de médias espagnols «montre éloquemment au monde entier le degré de leur implication dans la manipulation de l’information et la falsification, et qui ont fait l’objet d’une ferme condamnation de la part d’ONG et d’instances représentatives des médias et des droits de l’Homme nationales et internationales». Et d’ajouter : «Nous pensions que ces médias en avaient tiré les enseignements nécessaires, d’autant plus que le Parlement marocain avait, à ce sujet, exhorté le gouvernement marocain à procéder à un examen de réévaluation des relations bilatérales».


Canal 24 Horas, «Antena 3» et les autres
Ce n’est pas la première fois que les médias espagnols lancent une campagne de désinformation médiatique contre le Maroc. Avant Canal 24 Horas, diffusant de fausses informations concernant le déploiement de troupes des FAR vers Casablanca et Rabat, la chaîne «Antena 3» avait diffusé, en novembre dernier, une photo montrant les corps de quatre membres de la famille Rachidi sauvagement assassinés en janvier 2010 à Casablanca, la présentant d’une manière malintentionnée comme étant celle d’une famille sahraouie tuée par les forces de l’ordre marocaines lors des incidents survenus le 8 novembre à Laâyoune. Ainsi une plainte sera déposée auprès de la Commission d’éthique du Collège des journalistes de Catalogne (nord-est de l’Espagne) contre la chaîne de télévision espagnole «Antena 3» pour diffusion frauduleuse d’images à des fins politiques, ont annoncé, jeudi 27 janvier à Barcelone, les avocats belges de la famille Rachidi, établie en Belgique. S’exprimant lors d’une conférence de presse, organisée au siège du Centre international de la presse de Barcelone, à l’initiative de plusieurs ONG marocaines en Espagne, Me Marc Libert, membre du cabinet d’avocats Lallemand & Legros, a indiqué que cette initiative vise à dénoncer l’exploitation «éhontée» par Antena 3 de la tragédie de cette famille marocaine et à mettre à nu la «manipulation à laquelle elle s’est livrée pour dénaturer les incidents de Laâyoune en vue d’induire en erreur l’opinion publique espagnole».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *