Bunia : Libération du casque bleu marocain

« Il (le soldat) a été effectivement libéré (lundi) vers 23 heures par les éléments de l’Union des patriotes congolais (UPC) de Thomas Lubanga », a indiqué Mme Rachelle Eklou, jointe au téléphone depuis Kinshasa.
Selon Mme Eklou qui ne précise pas le motif de cet enlèvement, le soldat marocain « est en bonne santé et a dit n’avoir pas été maltraité par ses ravisseurs ».
Des pressions ont été exercées à Kinshasa et à Bunia par le gouvernement de transition de la République démocratique du Congo sur les responsables de ce groupe armé pour obtenir la libération du casque bleu marocain. Le quotidien « La Référence Plus » a rapporté lundi que le leader de l’UPC, Thomas Lubanga, actuellement à Kinshasa, a été interpellé à ce sujet dimanche soir par les agents de la Détection militaire des activités anti-patrie (Demiap) avant d’être relâché quelques heures après. Réuni depuis lundi en conseil des ministres extraordinaire, le gouvernement congolais a qualifié cet acte de « reniement flagrant des engagements pris par les groupes armés de l’Ituri le 14 mai à Kinshasa ». Ces groupes s’étaient engagés à aider le gouvernement à pacifier le district de l’Ituri, où les affrontements interethniques déclenchés depuis 1999 ont fait plus de 50.000 morts.
Pour le gouvernement, l’enlèvement du soldat marocain « vise non seulement à empêcher le bon déroulement du programme de désarmement et de réinsertion lancé le 1er septembre (…) mais aussi à s’opposer à la restauration de l’autorité de l’Etat dans le district de l’Ituri ». A Rabat, le souverain Mohammed VI a remercié le président congolais, Joseph Kabila, pour son rôle dans cette libération, a rapporté l’agence marocaine de presse MAP .

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *