Casablanca : Nouveaux horaires pour les pharmacies

Casablanca : Nouveaux horaires pour les pharmacies

Un nouvel arrêté gubernatorial est entré en vigueur

La non publication des sanctions prononcées lors des sessions disciplinaires par les conseils ordinaux dans le Bulletin officiel est à l’origine de l’anarchie qui règne dans la profession.

Changement d’horaires pour les pharmacies de Casablanca. Par une circulaire en date du 29 mars 2018, le Conseil régional des pharmaciens d’officine du Sud (CRPOS) a annoncé aux pharmaciens de Casablanca le contenu de l’arrêté gubernatorial n°345 du 27 mars 2018.  Cet arrêté vient ainsi réglementer les horaires d’ouverture et  de fermeture  des officines, dans une ville où les horaires ne sont pas respectés par plusieurs pharmacies.

«Certaines ouvrent de 8h30 jusqu’à 23 h, voire plus et mettent en péril les autres pharmacies», avait déploré  Dr Hamza Guedira, président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens. En vertu du nouveau texte, les pharmaciens sont tenus du lundi au vendredi (heure GMT)  d’ouvrir de 9h à 12h30 et de 15h30 à 20 h. Durant la journée du samedi, les pharmacies seront ouvertes de 9h à 13h. Pour ce qui est des horaires à GMT+1, les pharmacies ouvriront du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 16h à 20h30 et le samedi de 9 h à 13h.  En outre, cet arrêté interdit tout recours aux panneaux de signalisation.

La circulaire du CRPOS dresse également la liste des jours fériés: 1er Moharam, Aïd Al Adha, Aïd Al Fitr, Aïd Al Mawlid, fête du travail, fête du Trône et fête de l’Indépendance. Ainsi, les pharmaciens sont tenus de respecter à la lettre les nouveaux horaires et ce conformément à l’article 111 de la loi 17-04 portant code du médicament qui stipule : «Le pharmacien d’officine est tenu, sous peine de sanctions disciplinaires, de respecter les horaires d’ouverture et de fermeture des officines de pharmacie au public ainsi que les modalités selon lesquelles doit être assuré le service de garde. Les horaires d’ouverture et de fermeture ainsi que les modalités selon lesquelles doit être assuré le service de garde sont fixés par le gouverneur de la préfecture ou de la province concernée sur proposition du Conseil régional de l’Ordre des pharmaciens».

Le non-respect par les pharmaciens d’officines des horaires d’ouverture et de fermeture au public est passible de sanctions disciplinaires qui sont du ressort du Conseil de l’Ordre des pharmaciens et non de sanctions administratives qui relèvent de l’autorité locale. Ainsi, le Conseil de l’Ordre des pharmaciens peut décider d’un retrait provisoire de l’autorisation d’exercer, d’un blâme du pharmacien concerné ou, dans le cas extrême, d’un retrait définitif de l’autorisation d’exercer. Rappelons que la non publication des sanctions prononcées lors des sessions disciplinaires par les conseils ordinaux dans le Bulletin officiel est à l’origine de l’anarchie qui règne dans la profession. Et pourtant, le président du Conseil a exhorté à maintes reprises le secrétaire général du gouvernement à rendre publiques les sanctions disciplinaires et à inciter les walis et les gouverneurs à s’impliquer davantage pour que les horaires soient respectés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *