Choix du sexe de l’enfant : Révolution de la médecine

Les futurs parents en Belgique pourront désormais décider à l’avance du sexe de leur enfant, masculin ou féminin. En effet, un andrologue, à Gand, au Nord du pays, leur propose une technique de sélection des embryons, en contrepartie de la coquette somme d’environ 6300 euros, soit près de soixante-cinq mille dirhams. La technique s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherches américain. Elle consiste à implanter par insémination artificielle dans l’utérus des « clientes » des embryons du sexe désiré. La formule en question est rendue possible grâce à une technologie américaine très sophistiquée. Celle-ci permet de trier des spermatozoïdes sur base génétique en vue de choisir le sexe du futur bébé, les chromosomes « y » des spermatozoïdes masculins étant séparés des chromosomes féminins « x » dans les échantillonneurs. En fonction du choix des parents, le chercheur associe les « X,Y » pour le bébé du sexe masculin et les chromosomes « X,X) pour l’autre sexe.
Selon le professeur Frank Comhaire, qui pratique cette technique au centre de fertilité de Gand, cité par la presse belge, les chances de réussite de cette nouvelle technique sont de 91% si l’on veut une fille et de seulement 75 % pour un garçon. L’annonce de la nouvelle technique a suscité de nombreuses critiques et ravivé le débat sur les manipulations génétiques.
Les partis politiques représentés au Sénat ont été unanimes pour n’accepter la possibilité de choisir le sexe de l’embryon que si elle permet d’éviter une maladie génétique grave.
De son côté, la présidente de la commission belge de bioéthique a déclaré que le Parlement devrait adopter, avant la fin de la législature actuelle, une proposition de loi qui interdira ces pratiques. L’auteur de la technique n’est pas loin de l’ignorer. Il avait déjà souligné que si ces recherches suscitaient trop de désapprobation, ils les arrêteraient aussitôt.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *