janvier 16, 2018

 

Circulation et stationnement dans les grandes villes : Les solutions proposées pour fluidifier le trafic

Circulation et stationnement dans les grandes villes : Les solutions proposées pour fluidifier le trafic

Un guide destiné aux responsables de la gestion de la mobilité urbaine vient de voir le jour

Tout comme dans le plan de circulation, le jalonnement constitue un élément important à prendre en considération dans la réalisation du plan de stationnement. Il va permettre de diriger les véhicules vers les secteurs adaptés notamment pour les stationnements de moyenne et longue durées.

L’urbanisation rapide et le développement socio-économique des villes génèrent de plus en plus de besoins en mobilité. Aujourd’hui l’enjeu majeur pour le Maroc est de mettre en adéquation l’aménagement urbain et le transport public en vue d’établir un système de mobilité efficace et de qualité répondant aux besoins de la population. C’est ainsi qu’un guide d’élaboration et de mise en œuvre des plans de circulation et de stationnement a été élaboré par la GIZ, l’agence allemande de coopération internationale, en partenariat avec la Direction générale des collectivités locales relevant du ministère de l’intérieur.

Il s’adresse aux acteurs de la ville responsables de la gestion de la mobilité urbaine et du transport public. L’élaboration d’un plan de circulation vise ainsi à définir les actions prioritaires dans le court et le moyen termes afin d’éviter la congestion, l’étouffement de la ville et le dysfonctionnement des moyens de transports les plus fragiles, notamment les bus. Dans le cadre de l’élaboration du plan de circulation, plusieurs outils intéressants ont été examinés. C’est notamment le cas du sens unique de circulation qui présente plusieurs avantages mais aussi des inconvénients. Parmi les points forts, notons qu’il permet de récupérer de l’espace pour d’autres usages (stationnement, voie bus, trottoir, piste cyclable…).

Il simplifie la gestion des carrefours et améliore leur capacité. En outre, il supprime les risques de chocs frontaux. Pour ce qui est des inconvénients, il incite à une plus grande vitesse et complique l’accessibilité. Il allonge aussi les parcours et pénalise les transports collectifs et les modes doux (sans contre-sens). Parmi les autres outils figure le jalonnement qui est un outil permettant l’application de la hiérarchie routière à travers un principe de guidage de l’usager sur le réseau routier. Il existe deux types : le jalonnement statique et le jalonnement dynamique. Le jalonnement statique permet d’indiquer les principales destinations (villes, quartiers, pôles générateurs…) de façon statique en application de la hiérarchie routière retenue. La démarche générale pour l’établissement d’un schéma directeur de jalonnement comporte trois étapes. La première porte sur la définition des principes de guidage des usagers de la route. La seconde étape a trait à la définition des lieux sur lesquels porte le jalonnement.

La dernière étape porte sur l’identification des carrefours clés sur lesquels les orientations de jalonnement sont à prévoir. Le jalonnement dynamique a pour vocation d’orienter les flux selon les directions qui sont variables selon les périodes de la journée ou de l’année en fonction de critères bien précis. Pour l’automobiliste, l’information est transmise via des panneaux à messages variables (PMV) positionnés sur différents points stratégiques d’orientation du trafic. Citons par exemple, lorsqu’une pénétrante est saturée sur un tronçon, l’usager circulant sur une voie de contournement est invité à emprunter la pénétrante précédente ou suivante. Pour ce qui est du plan de stationnement, plusieurs mesures sont envisagées.  On peut citer par exemple la création de nouvelles places, l’adaptation des tarifs. Notons à ce sujet que la tarification du parking constitue un levier très important dans la politique de stationnement. Le tarif pratiqué va fortement conditionner les pratiques. Ainsi, si le tarif pratiqué est progressif à savoir faible durant un certain temps puis élevé par la suite, l’usager va avoir tendance à ne stationner que pour une période limitée. En revanche, avec un tarif dégressif, l’automobiliste aura tendance à ce parking pendant de longues périodes. Des tarifications différenciées peuvent être aussi envisagées en fonction de la période de la journée (le jour, à midi, le soir) ou en fonction des usagers (un résident pourrait disposer d’un tarif préférentiel). Dans les secteurs résidentiels, la délivrance d’une «autorisation spéciale» ou «macaron» peut constituer une mesure efficace.

Cette autorisation de stationnement «libre» dans une zone réglementée peut être donnée aux résidents gratuitement ou contre une somme à définir sous certaines conditions (une autorisation par ménage au maximum, la possession d’un véhicule, l’impossibilité de se garer dans un parking privé). Tout comme dans le plan de circulation, le jalonnement constitue un élément important à prendre en considération dans la réalisation du plan de stationnement. Il va permettre de diriger les véhicules vers les secteurs adaptés notamment pour les stationnements de moyenne et longue durées. Toutes ces mesures devraient permettre de lutter contre le stationnement illicite. Pour cela, un système de contrôle efficace s’impose. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *