Collectivités locales : Rabat capitale africaine

La décision de baser le siège du Conseil des Communes et Régions d’Afrique (CCRA) a été prise par les participants à la première réunion du Conseil intérimaire de gestion du Conseil des Communes et Régions d’Afrique tenue les 1er et 2 avril à Rabat. Un accord de siège sera conclu à cet effet entre le gouvernement marocain et le CCRA, indique un communiqué de la municipalité de Rabat parvenu à la MAP.
En vertu de cet accord, le Maroc s’engage à mettre à la disposition de ce conseil tous les moyens à même de permettre à cette organisation d’accomplir ses missions de promotion de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement durable en Afrique.
La réunion du Conseil intérimaire de gestion du Conseil des Communes et Régions d’Afrique a été consacrée à la mise en place du CCRA, à l’examen et l’adoption du projet des statuts ainsi qu’à la préparation de la participation africaine au Congrès fondateur de l’organisation mondiale « Cités et gouvernements locaux unis », prévu à Paris du 2 au 5 mai prochain, selon la même source. La rencontre a été également l’occasion pour les autorités locales africaines d’établir le programme d’activité du CCRA pour l’après-Paris, de se concerter sur le message politique qu’elles souhaitent adresser à la nouvelle organisation mondiale, sur les thèmes qui seront traités lors du congrès fondateur, sur les modalités de mise en place de la future organisation mondiale et sur la participation de l’Afrique à ce mouvement municipal mondial unifié.
Au cours de cette réunion, Omar Bahraoui, président du conseil de la commune urbaine de Rabat et président de l’Association nationale des collectivités locales du Maroc, Abbas Mohsen, Maire de Tunis, Azzedine Mohamed Al Hanchiri, Maire de Tripoli (Libye) ont été élus pour représenter la région d’Afrique du Nord au sein du Bureau exécutif de « Cités et gouvernements locaux unis ». La CCRA constitue l’unique interlocuteur et le seul représentant du mouvement municipal africain auprès de l’Union africaine, des organismes internationaux, des bailleurs de fonds et des Etats pour toutes les questions relatives au développement local en Afrique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *