Consensus autour du permis automatisé

Consensus autour du permis automatisé

Alors que l’automatisation de l’examen théorique pour l’obtention du permis de conduire entre en vigueur, depuis lundi 9 février 2004, dans toutes les régions du Royaume, la Fédération nationale des propriétaires des établissements d’auto-écoles, par la voix de son président, Omar Sbaï, se dit satisfaite de nouvelles mesures prises par le ministère de l’Equipement et du Transport. Fruit de longues discutions avec le ministère, vendredi dernier de 16 à 22 h, ces nouvelles mesures ont rassuré les professionnels.
«L’oreille attentive du département du transport nous a permis de dépasser les points de divergences. Le monopole contre lequel nous nous sommes levés a été aboli», explique Omar Sbaï.
La fédération s’est, en effet, levée contre le monopole exercé par la société fournissant le matériel nécessaire à l’automatisation du permis. Les propriétaires des auto-écoles estimaient que le coût de l’équipement, qui s’élève à 50.000 DH, est “trop onéreux”. De plus, ajoute-t-on, “le ministère chargé du dossier ne nous a pas consultés pour ces nouvelles mesures”. Après coup, le coût d’équipement est passé à 15 000 DH. Un nouveau prestataire français serait opérationnel, dès le 15 mars prochain, avance le président de la fédération. Autre acquis, les mesures seront simplifiées, surtout pour les analphabètes. Enfin, les essais nécessaires à l’obtention du permis vont passés de 2 à 5 tentatives. L’ensemble de ces mesures aura trois mois pour faire ses preuves. Après, une réunion est prévue avec le ministère de tutelle pour rectifier certains tirs.
Cette réforme du système du permis de conduire s’inscrit dans le cadre des mesures visant la promotion et la modernisation du secteur et l’augmentation du professionnalisme des personnes travaillant dans le secteur. L’application du nouveau système intervient après « l’équipement des 63 centres d’examen en matériel audio-visuel et la formation de 150 examinateurs répartis sur l’ensemble du territoire national », affirme le ministère du Transport dans un communiqué.
L’automatisation de l’examen théorique du permis de conduire inaugure une série de réformes entreprises par le ministère de l’Equipement et du Transport dans la perspective du parachèvement de la réforme relative à l’examen pratique à moyen terme.
La même source indique que ce système d’automatisation confère aux examens théoriques davantage de crédibilité et contribuera à la moralisation de la vie publique, en ce sens qu’il limitera l’intervention du facteur humain dans l’appréciation du niveau du candidat.
Parmi les mesures qui seront adoptées, figurent la révision des règles organiques relatives au métier de moniteur d’auto-école dans l’objectif de les harmoniser avec la réalité du métier, tout en facilitant la procédure d’obtention du permis d’aptitude professionnelle au profit de ces moniteurs, et la publication d’un cahier de charges visant à consacrer le professionnalisme des établissements d’auto-école.
Le nouveau système d’automatisation des examens théoriques du permis de conduire s’inscrit dans le cadre des principaux axes du plan stratégique intégré d’urgence de sécurité routière (PSIU), adopté lors de la réunion de la commission interministérielle chargée de la sécurité routière, tenue le 3 novembre 2003 sous la présidence du Premier ministre.
Ces mesures permettront aux propriétaires des établissements d’auto-école sur l’ensemble du territoire national d’être dotés d’un kit pédagogique comprenant un programme normalisé d’apprentissage, un guide pédagogique pour les moniteurs d’auto-école et un CD sur l’examen blanc relatif au nouveau système des examens théoriques.
Ces mesures porteront également sur l’élaboration d’un statut de la commission consultative chargée de l’octroi et du retrait des permis d’exploitation des établissements d’auto-écoles.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *