Contre les menaces de l’immigration clandestine

Les participants à la Conférence nationale sur la problématique de l’immigration ont souligné la nécessité d’entreprendre des campagnes médiatiques en vue de sensibiliser l’opinion publique nationale et internationale aux dangers et menaces du phénomène de l’immigration clandestine. A la clôture, samedi à Marrakech, de cette rencontre de deux jours, initiée par les ministères de la Justice et de l’Intérieur, les conférenciers ont recommandé également l’adoption d’une approche globale et intégrée qui prend en considération la portée multidimensionnelle de l’immigration clandestine, dont les aspects économique et social, outre la consolidation des mécanismes de dialogue du Maroc sur l’immigration irrégulière. Ils ont, en outre, mis l’accent sur la nécessité de déterminer les points forts de la Loi 02.03 dans la perspective de développer les mécanismes de mise en oeuvre et de contrôle dans le cadre des négociations entre le Sud et le Nord, remédier aux insuffisances décelées dans ladite Loi et de procéder à des amendements allant dans le sens du renforcement de la protection du territoire national. Les participants ont, d’autre part, préconisé l’élaboration d’un rapport sur l’immigration aux plans national et international, la collecte des données relatives à l’immigration clandestine et l’identification des insuffisances et des facteurs de progrès aux niveaux des politiques générales et de la mise en oeuvre des textes. Intervenant lors de la séance de clôture, Mohamed Bouzoubaâ, ministre de la Justice, a fait remarquer que 9.414 personnes ont été poursuivies en 2002 pour crimes et délits relatifs à l’immigration clandestine et que 9.909 affaires se rapportant à ce phénomène ont été traitées par les différents tribunaux du Royaume. Il s’est, par ailleurs, prononcé pour la contribution des partis politiques, des syndicats et de la société civile à l’effort visant le règlement de cette problématique, soulignant l’importance qui devrait être accordée aux « Points noirs » et au processus de développement dans ces différents points. Après avoir rappelé que SM le Roi avait donné ses Hautes Instructions pour la mise en place d’instruments et de mécanismes à même de cerner la problématique de l’immigration clandestine, qu’elle soit légale ou illégale, le ministre a indiqué que l’Observatoire National de la Migration (ONM) aura pour mission, entre autres, de réunir les données relatives à l’immigration et de présenter des propositions visant à développer les moyens de lutte contre les dangers de ce phénomène. Et M. Bouzoubaâ d’appeler l’Europe à assumer sa responsabilité et à apporter son soutien au Maroc en vue de lutter contre le phénomène de l’immigration clandestine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *