Courrier-des-lecteurs : Dossier CNCA : Machination politique

Permettez-moi
– Tout d’abord, comparer le dossier CNCA à celui de la CNSS ou du CIH est non seulement trompeur mais injuste ; on effet, si les dossiers CNSSet CIH ont droit à des enquêtes approfondies élaborées par des élus et par le ministère des Finances, le dossier CNCA n’a fait l’objet d’aucune enquète, bien plus, si vous aviez assisté au procès CNCA, vous auriez en la surprise de découvrir que la Cour refusait systématiquement de satisfaire à nos demandes d’enquête ou d’expertise.
– Ensuite, comment pouvez – vous confirmer des choses sur le dossier CNCA, alors que jamais personne de votre journal n’a assisté au procès du crédit Agricole qui a tout de même duré 2 ans et dont les séances ont dépassé la centaine ?
– Je vous confirme , et à travers votre journal je le crie haut et fort, que le procès CNCA a été une piètre machination politique qui a dévié la campagne lancée par Sa Majesté de moraliser la vie publique, de son objet et l’a vidée de son intérêt.
– Pour preuves, sachez monsieur que :
1- À la base, la CNCA n’a déposé sa plainte que contre trois de ces cadres, ce qu’elle a toujours confirmé, devant le juge d’instruction et devant la Cour.
2- En ce qui me concerne, il a été prouvé sans nulle équivoque, que les actes qui m’étaient reprochés étaient exclusivement professionnels, qu’ils ont été diligentés par mes supérieurs et confirmés par les instances habilitées ( commissions de crédit et entités centrales).
Bien plus, certains actes à caractère délictuel commis par d’autres accusés n’ont été injustement imputés, leurs auteurs ont été purement et simplement acquittés, il s’agit de détournement de crédit, d’escompte, d’effets fictifs et autres actes criminels.
Que ceux qui confirment le contraire, le prouvent, 3- Savez – vous que le DG, arrêté uniquement sous la pression de l’opinion publique a passé le clair de la période de sa détention à l’hopital, qu’il a été provisoirement libéré pour subir une intervention dirurgicale qui n’a jamais eu lieu, qu’il a été condamné comme nous mais qu’il n’a jamais été ré- écroué en dépit de l’art 28 de la loi sur la CSJ ?
4- Pour revenir à ces fameux dossiers CNSS et CIH, que diriez- vous à propos de la libérté des poursuivis à ce jour ? de la non-poursuite des clients du CIH ?
Et à propos de ces clients, savez – vous qu’un seul client a été condamné dans les deux dossiers CNCA et CIH, en l’orcurence, M. Feggane ?
5- Que pensez- vous alors du fait que notre pourvoi en cassation est toujours en suspens à la Cour suprème en infraction de la loi qui prevoit un délai de trois mois au maximum ( art 546 du code de la procédure pénale)? Evidemment, il s’agit de procès politisés ce qui ne signifie absolument pas que ces institutions m’étaient pas l’objet d’abonimables actes de vandalisme, de détournement et de dilapidation, cela signifie simplement que ces procès sont politiquement orientés laissant fuir les vrais coupables et faisant tomber des boucs-émissaires, je fais partie de ces boucs, mais je ne compte pas me résigner comme l’ont fait d’autres, car je crois toujours en la justice de mon pays (…).

• Ahmed Goumri
N° d’écrou 2381 Prison civile de Berrechid

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *