Dépistage de l’hépatite C une obligation

Les autorités saoudiennes ont instauré, cette année une série de mesures pour accomplir la Omra, notamment en ce qui concerne le contrôle sanitaire et particulièrement la vaccination. Ce qui a irrité les milieux sanitaires marocains. Ces derniers trouvent effectivement que de cette manière, l’occasion est donnée aux voyagistes non seulement de « se faire de l’argent » mais de se substituer aux médecins et de prescrire des analyses qui ne relèvent pas de leur compétence. L’on soupçonne aussi une certaine connivence entre les voyagistes et certains laboratoires. De leur côté, les agences de voyages trouvent ces mesures, entrées en vigueur depuis janvier 2001, très réductrices du fait qu’elles leur fixent un quota. Celui-ci est imposé par les autorités saoudiennes par crainte de ne pouvoir maîtriser les flux de personnes qui se dirigent vers les Lieux Saints. Le contrôle est ainsi possible au départ des pays d’origine, par le biais d’un cahier des charges qui oblige notamment le voyagiste à rester en contact avec le groupe de pèlerins du départ jusqu’au retour. De ce fait, aucun visa n’est délivré à titre individuel. Vient en suite le dépistage de l’Hépatite C, imposé aux pèlerins. A ce niveau, les autorités saoudiennes précisent que cette mesure ne touche pas le Maroc seulement et qu’elle est applicable aux pèlerins du monde entier. Mais les médecins, et face au silence du ministère de la Santé, ne sont pas restés sans réagir, non contre la mesure en question mais plutôt aux agissements des agences de voyages qui, pour remédier à la faiblesse de la demande, sous l’effet de choc du mardi noir, se sont trouvés une nouvelle source de revenu. Au total, et avec à la base quelque 7000 pèlerins, le vaccin dont le prix a été négocié et ramené à 200 DH ne rapportera pas plus de 1,4 million de DH. C’est là que le bat blesse, puisque la vague de concurrence, née entre différents laboratoires proposés par les voyagistes, ramène le prix d’un dépistage coûtant entre 300 et 600 DH en temps normal, à moins de 200 DH dans certains cas.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *