Des médecins pour le rural

Thami Khyari, ministre de la Santé a présidé jeudi à Rabat l’opération d’affectation par tirage au sort de 300 médecins généralistes dans le monde rural. Une occasion pour le ministre d’appeler les futurs médecins à s’impliquer activement dans l’effort de redressement du secteur de la santé de façon à le réhabiliter. L’occasion aussi, au moment où des critiques s’élèvent ici et là contre les prestations de santé dans les hôpitaux publics, de mettre l’accent sur l’intérêt à accorder aux patients, l’amélioration des conditions d’accueil dans les établissements de santé et le climat d’humanisme et de serviabilité qui doit accompagner les prestations de santé dans ces établissements.
Le ministre a également rappelé les fondements de l’opération d’affectation de médecins généralistes dans le monde rural, qui consiste en la résorption du déficit que connaissent certaines régions en cadres médicaux en vue, dira M. Khyari, d’élargir la couverture médicale et de fournir des soins de proximité aux citoyens.
Le mode de désignation par tirage au sort vise quant à lui, selon le ministre, à « garantir la transparence et la démocratie dans la nomination des médecins ».
Cette année, l’Etat a réservé quelque 1.500 postes pour les médecins généralistes, 617 postes aux spécialistes contre respectivement 1.000 et 200 l’année précédente. L’affectation de ce contingent de jeunes médecins va nous permettre de résoudre le problème du chômage qui touche les médecins et de remédier au déficit en médecins, enregistré lors des années précédentes, a précisé le ministre.
Le problème semble en voie de solution à en croire les statistiques fournies par le ministre de la Santé, selon lesquelles les recrutements opérés par le département de la santé durant les deux dernières années dépassent de loin ceux effectués durant les dix dernières années.
Des efforts seront également consentis au niveau de la régularisation de la situation administrative et financière des nouveaux médecins. Des assurances ont été formulées à ce sujet par le ministre, qui a parlé d’un délai de deux à trois mois après la date de prise de service par les nouveaux affectés.
L’opération de recrutement de 300 médecins pour cette année a concerné les étudiants qui ont soutenu leur thèse durant la période allant de mai à novembre 2000.
Les médecins généralistes affectés dans les zones rurales ou sous-médicalisées ont eu à signer un engagement pour servir dans leur poste pour une durée minimum de deux années.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *