Discours de la Marche Verte : «Nous n’abandonnerons jamais nos fidèles sujets dans les camps de Tindouf»

Discours de la Marche Verte : «Nous n’abandonnerons jamais nos fidèles sujets dans les camps de Tindouf»

SM le Roi Mohammed VI a appelé la communauté internationale à identifier clairement et sans ambages les responsables des entraves obstruant le processus de négociation sur la question du Sahara marocain. Le Souverain a affirmé, en termes fort clairs, que ce sont les adversaires du Maroc qui persistent dans l’immobilisme, l’intransigeance et la division, au lieu de favoriser la dynamique, le dialogue et la concorde, dans un discours adressé, samedi 6 novembre, à la Nation, à l’occasion du 35ème anniversaire de la Marche Verte. Un discours historique qui témoigne, encore une fois, du grand attachement du Maroc à la préservation de son intégrité territoriale et de son refus catégorique de l’instrumentalisation par les adversaires de l’intégrité territoriale du climat de liberté dont jouit le Royaume. SM le Roi a relevé dans ce cadre qu’«autant la position de notre pays s’est distinguée par un souci de clarté, de dialogue et de réalisme, autant les adversaires de notre intégrité territoriale se sont obstinés à fuir leurs responsabilités et à manigancer pour contrarier la dynamique créatrice enclenchée par l’Initiative d’autonomie». Le Souverain a exprimé son refus «de voir les libertés dont jouit notre pays honteusement instrumentalisées pour porter atteinte à notre intégrité territoriale», et tenu à affirmer que «Nous ne laisserons quiconque entraver la marche démocratique en cours dans notre pays». Par ailleurs, SM le Roi a souligné que «le Maroc, qui exerce sa souveraineté sur la totalité de son territoire, et assume clairement et sans la moindre ambiguïté ses responsabilités juridiques internationales, fustige le colportage d’allégations mensongères sur l’existence de zones prétendument sous contrôle à l’est du dispositif de défense, dont chacun connaît le caractère pacifique et les sages finalités qui y président». Le Souverain a fait savoir que le Maroc ne tolérera aucune violation, altération ou mise en doute de la marocanité de ces zones, pas plus qu’il n’admettra de menées provocatrices visant à imposer le fait accompli ou à modifier le statu quo. SM le Roi a indiqué que les Marocains commémorent le 35e anniversaire de la glorieuse Marche Verte fermement déterminés à imprimer une dynamique renouvelée à l’esprit qui y préside, en engageant à cette fin d’audacieuses initiatives participatives, qui sont autant de marches durables vouées au développement, à la démocratie et à l’unité. SM le Roi a conclu que «partant de son attachement à la légalité nationale et internationale, le Maroc poursuivra sa coopération sincère avec le secrétaire général des Nations Unies et son envoyé personnel, en vue de trouver une solution politique définitive à ce différend régional artificiel, sur la base de l’Initiative d’autonomie». A noter qu’une nouvelle session de pourparlers informels entre le Maroc et le Polisario devra avoir lieu ces lundi 8 et mardi 9 novembre à Manhasset. Toujours en rapport avec la question du Sahara, SM le Roi Mohammed VI a affirmé que «Nous n’abandonnerons jamais Nos fidèles sujets dans les camps de Tindouf, ni où que ce soit ailleurs». Le Souverain a ajouté que «Nous ne ménagerons aucun effort pour qu’ils puissent exercer leurs droits fondamentaux, notamment le droit à la liberté d’expression, de mouvement et de retour à leur mère patrie». Le Souverain a engagé, dans ce sens, la communauté internationale et les organisations des droits de l’Homme «à prendre leurs responsabilités en mettant un terme à la violation persistante des conventions internationales humanitaires par l’Algérie qui a créé une situation aberrante inédite, notamment en refusant d’autoriser le Haut Commissariat aux Réfugiés à assurer le recensement et la protection des populations des camps». «Il est révolu le temps des dérobades où certains pouvaient se soustraire à leurs obligations. L’heure de vérité a sonné pour dévoiler à la communauté internationale les affres de la répression, de l’intimidation, de l’humiliation et des tortures qui sont infligées à nos compatriotes dans les camps de Tindouf, en violation flagrante des principes les plus élémentaires du droit international humanitaire», a indiqué SM le Roi. Le Souverain a relevé que «face à cette situation dramatique, Nos fidèles sujets à Tindouf, hommes et femmes, vieillards et enfants, ne cessent d’exprimer courageusement et avec de plus en plus de véhémence, leur opposition croissante à la répression et la tyrannie. Preuve en est que, malgré les contraintes du blocus étouffant qui leur est imposé, ils regagnent massivement leur patrie, le Maroc, se mettant spontanément en phase avec l’Initiative d’autonomie et l’esprit du projet de régionalisation avancée». SM le Roi a attiré l’attention de la communauté internationale et des organisations des droits de l’Homme sur le fait qu’il n’est ni équitable ni acceptable d’afficher tant d’indifférence et de complaisance face à la persistance d’une situation juridiquement saugrenue, humainement dramatique et politiquement inacceptable.


 Une stratégie intégrée relative à la question du Sahara
Dans son discours adressé à la Nation à l’occasion de la 35ème anniversaire de la Marche Verte, SM le Roi Mohammed VI a affirmé qu’il est impératif de poursuivre la mise en œuvre des axes de la stratégie intégrée relative à la question du Sahara marocain que le Souverain avait annoncée dans le précédent discours de la Marche Verte. SM le Roi a précisé que cette stratégie se décline en trois axes qui portent sur la régionalisation avancée, la restructuration du Corcas et enfin la restructuration de l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud du Royaume. Concernant le premier axe, le Souverain a souligné que la mise en œuvre de la régionalisation avancée profitera aux provinces du Sud à titre prioritaire, «avec ce que cela implique comme élargissement de la gestion démocratique des affaires régionales et comme consolidation des droits de l’Homme au moyen de mécanismes régionaux et locaux». Quant à la restructuration du Corcas, SM le Roi a annoncé qu’il procédera prochainement à la promulgation d’un Dahir pour le nouveau Conseil, lequel sera mis en place sur la base de réformes substantielles dont la première porte sur la démocratisation de sa composition en faisant en sorte que celle-ci procède exclusivement des instances, des chioukh et des personnalités ayant la qualité représentative, et en renforçant son ouverture sur les nouvelles élites.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *