Drames de l’ignorance

Ils se sont mariés il y a six ans et leur foyer s’est égayé de deux enfants. Et pourtant, les voilà tous deux devant la Chambre correctionnelle près le tribunal de première instance de Fès, tous deux sont à la même fois des prévenus et des victimes. Lui, c’est Abdelkader et, elle, Laïla. Avant leur mariage, il y a sept ans, ils étaient en parfaite harmonie. Ils étaient mutuellement amourachés l’un de l’autre. Vrai ou faux ? C’est au moins ce que Laïla a raconté à son amie, Samira, quand elle l’a rencontrée au marché de légumes, jouxtant son domicile situé au quartier Mont-Fleury. Seulement, elle ignore les raisons pour lesquelles son comportement a radicalement changé. Il ne s’intéresse plus à elle, ni à ses deux enfants, ne se préoccupe plus de leurs besoins et n’assume plus ses responsabilités de père de famille.
Bref, il leur a tourné le dos. Pourquoi ne répond-il plus à ses obligations envers elle? Laïla ne dispose pas d’une réponse convaincante qui peut l’aider à éviter l’écroulement de leur foyer. Quand elle a pris l’initiative de lui faire des reproches, il l’a giflée violemment devant ses deux enfants qui ont fondu en larmes. Depuis, elle n’ose plus lui parler et garde le mutisme devant son attitude qui se détériore de jour en jour au point qu’il découche parfois. Chez une maîtresse peut-être ? Elle se contente de s’en douter parce qu’elle ne dispose d’aucune preuve pour l’incriminer. Mais, elle est sûre qu’il se rend presque quotidiennement dans les bars pour s’enivrer. Parce qu’il était retourné quelques fois chez lui à une heure tardive, dans un état d’ivresse avancé. Elle a tout raconté à sa voisine Samira lorsqu’elle l’a rencontrée au marché. “Tout va s’arranger, Inchallah“, lui répondit Samira, qui semble sûre d’elle, avant de lui raconter son expérience avec son mari. “Le voilà, il est devenu obéissant, ne refuse aucune de mes requêtes et rentre tôt à la maison“, lui explique-t-elle sur un ton de fierté.
Quel est donc le secret ? lui demande Laïla impatiemment. “L’hajja Dahbia“, lui répond Samira d’un ton rassurant. Elles ont fixé rendez-vous pour le lendemain. Laïla doit mettre un terme à ses épreuves à n’importe quel prix. Elle ne réclame pas trop. Elle souhaite seulement qu’il retourne tôt chez lui, qu’il s’intéresse à elle et à ses enfants et qu’il mette un pleu plus la main à la poche.
L’hajja Dahbia l’accueille, demande à Samira d’attendre dans une chambre et invite Laïla à s’installer dans une autre, là où elle soumis les clients à des séances de sorcellerie. Elle lui raconte son parcours conjugal et le changement des comportements de son mari. “Il est possédé par une maîtresse, c’est elle qui l’a détourné par la sorcellerie“, lui affirme-t-elle. Mais, il se changera en mieux, la rassure-t-elle. L’hajja Dahbia lui a donné une bouteille remplie d’eau et une pincée de poudre. Elle lui a expliqué qu’elle doit se laver avec “l’eau du Coran“ et mettre la poudre dans le thé. Avant de partir, Laïla lui a versé une somme de 250 dirhams. Elle s’est lavée durant trois jours avec l’eau et a donné à son mari des verres de thé mélangés à de la «poudre magique». Malgré cela, il a continué à les abandonner, à se soûler, passer la nuit dehors. Elle est retournée chez L’hajja Dahbia, lui disant que sa recette n’a pas eu de résultat. “Il faut patienter un peu, le résultat n’aura pas lieu du jour au lendemain…Il faut attendre, parce que son amante l’a tellement envoûté que le diable qui le guide le maintient fortement“, lui explique-t-elle. Et elle lui a donné une autre recette, qui, également, s’avère sans succès. Un mois plus tard, Laïla est retournée une troisième fois chez l’hajja Dahbia, lui a expliqué que la deuxième recette a «éagalement été infructueuse. L’hajja lui a livré une troisième recette, plus dosée que les deux premières avec également des amulettes et des encens. Elle lui a dit de lui mettre cette poudre magique dans les plats du dîner tout en encensant la maison. Trois jours plus tard, le mari de Laïla est tombé malade, il a senti une douleur à l’estomac. Qu’est-ce qu’il lui est arrivé ? Il n’en sait rien, il demande qu’on le sauve. Sa femme a recouru à un voisin qui dispose d’une voiture. Il l’a transporté à l’hôpital Al Ghassani. Qu’est-ce qu’il a eu au juste ? Il est intoxiqué. Qu’est ce qu’il avait mangé ?
Laïla ne voulait rien avouer. Le médecin l’a convaincue de la nécessité de lui dire la vérité. Et elle a tout reconnu. Quittant l’hôpital trois jours plus tard, le mari est retourné chez lui pour maltraiter sa femme. Il l’a violemment torturée au point que leurs voisins ont alerté la police. Le mari a été arrêté et poursuivi pour coups et blessures. Quant à Laïla, elle a été également poursuivie pour tentative d’intoxication. “Le tribunal vous juge coupables“, lance le président de tribunal. Le mari a été condamné à six mois de prison ferme et l’épouse a écopé de deux mois de prison avec sursis, assortie d’une amende de 5.000 dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *