Droits de l’Homme : L’IRCAM et le CCDH font cause commune

Droits de l’Homme : L’IRCAM et le CCDH font cause commune

Le Conseil consultatif des droits de l’Homme (CCDH) et l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) ont signé le lundi 3 novembre 2008 à Rabat une convention de coopération et de partenariat. «Cette convention permettra de favoriser un partenariat dans la promotion des droits linguistiques et culturels. Pour cela, l’IRCAM s’engage à appuyer le CCDH notamment en ce qui concerne la traduction de documents écrits et les actions d’interprétariat durant les audiences. Des interprètes seront mis à la disposition du CCDH», affirme Ahmed Boukouss, recteur de l’IRCAM. La traduction et la révision des documents de la version amazighe du site web du CCDH figure aussi parmi les missions assignées par l’IRCAM à travers cette convention. Un intérêt particulier est également accordé à la promotion de la culture des droits de l’homme. L’IRCAM appuiera ainsi le CCDH dans l’élaboration de guides de formation et programmes pour la formation des droits de l’Homme en langue amazighe. Pour sa part, le CCDH s’est engagé à soutenir l’Institut en matière d’expertise relative aux droits de l’homme. «Par cette convention de partenariat, le CCDH sera amené à former des cadres de l’Institut en matière des droits de l’homme», indique M. Boukouss. Par ailleurs, l’IRCAM soutiendra le CCDH au niveau des activités culturelles relatives au programme de réparation communautaire et préservation de la mémoire. Quant au Conseil, ce dernier apportera un appui à l’IRCAM dans «le développement et la mise en œuvre du programme de réparation communautaire et préservation de la mémoire dans les régions concernées», souligne un communiqué du CCDH avant d’ajouter que «l’IRCAM appuiera le CCDH dans la contribution aux programmes de promotion et protection des droits économiques, sociaux et culturels». La mise en œuvre de cette convention se fera par un comité de pilotage et de suivi composé des membres des deux institutions. Ce dernier aura pour mission de valider les programmes de travail annuel et de veiller à leur réalisation.
«Il s’agit de la première convention signée entre les deux institutions. Il y a quatre ans, l’IRCAM avait signé une convention avec l’Instance équité et réconciliation portant notamment sur la préservation de la mémoire amazighe durant les années de plomb», précise le recteur de l’IRCAM.
Rappelons que l’IRCAM a pour vocation de donner avis à Sa Majesté le Roi Mohammed VI sur les mesures de nature à sauvegarder et à promouvoir la langue et la culture amazighes dans toutes ses formes et expressions. En collaboration avec les autorités gouvernementales et les institutions concernées, l’IRCAM concourt à la mise en œuvre des politiques retenues par le Souverain et devant permettre l’introduction de l’amazigh dans le système éducatif et assurer son rayonnement dans l’espace social, culturel et médiatique, national, régional et local.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *