El Jadida : les habitants soulagés suite à la création d’une nouvelle décharge publique

Le danger de cette décharge est d’autant plus flagrant qu’elle se trouve au centre de la ville, constituant un véritable calvaire pour les habitants en raison des problèmes de santé qu’elle cause, particulièrement aux enfants, son influence néfaste sur l’environnement, notamment sur la nappe phréatique et sa déformation du paysage urbain d’El Jadida.
Ces dangers étaient derrière la mulitiplication des revendications des habitants et de nombreux acteurs de la société civile locale qui réclamaient une solution à ce problème, notamment par la création d’une autre décharge garantissant des conditions minimales de respect de l’environnement.
Un accord préliminaire a ainsi été conclu entre les communes Moulay Abdellah et El Jadida sur la base duquel une nouvelle décharge, située à près de 27 Km de la ville et d’une superficie de 27 ha de terres pleines, verra le jour.
Cette décharge, achetée par la commune de Moulay Abdellah pour un montant de 4 millions de DH, sera exploitée par une société privée pour une durée de 15 ans. Cette dernière procèdera au traitement des déchets et à la purification de bassins ouverts à l’aération pour un prix de traitement de 72 DH la tonne.
Pour sa part, la commune Moulay Abdellah se chargera de l’acquisition d’engins mobiles pendant les cinq premières années et la mise en uvre de travaux d’aménagement du site avec une aide du ministère de l’intérieur d’un montant de 10 millions de DH.
Ces travaux comprennent l’aménagement du site de la décharge à travers les travaux de terrassement, de construction de murs encerclant le site, d’installation de canaux d’écoulement du concentré des ordures.
De son côté, la société privée achètera, conformément aux clauses de cette convention, des engins mobiles pour les dix années restantes. Concernant l’actuelle décharge, une étude a été élaborée en vue de sa transformation en un espace vert pour combler le déficit que connaît la ville dans ce domaine et réaliser un équilibre entre les parties basse et haute de cette ville d’une part et entre l’interface maritime et la zone sud.
A rappeler qu’un important projet scientifique portant le nom de "morocomb" a vu dernièrement le jour à El Jadida consistant en la création d’une station modèle de traitement de la boue extraite des stations de traitements des eaux usées et des matières qui se décomposent biologiquement pour les transformer en engrais naturels et les commercialiser au niveau national.
Ces engrais seront utilisés dans les terres agricoles en substitution des engrais chimiques nuisant à la qualité de la terre et à la nappe phréatique.
Ce projet facilitera également la résolution du problème de gestion des échets pour plusieurs sociétés industrielles dans le royaume, leur permettant en plus de se débarrasser de ses substances nocives, créer de la richesse et de l’emploi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *